Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/index.php:1) in /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/contus-hd-flv-player/hdflvplugin.php on line 15

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/index.php:1) in /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/contus-hd-flv-player/hdflvplugin.php on line 15
The Next Vortex » Windows mobile

Posts Tagged ‘Windows mobile’

Oui. (point barre, fermez le billet)

Non ? Bon d’accord, j’étoffe un peu.

Dans le temps j’avais une horreur de smartphone (un des tout premiers sous win mobile), le SPV E200 (fabrication HTC distribué sous licence Orange).

Peut servir aussi de vibro, quoique un peu gros...

Avec on aurait pu tabasser un CRS tellement il pesait lourd dans la main. Je me souviens d’une fois où BigStef s’est rompu le poignet en le soulevant ; mais entre-nous, le père BigStef est plutôt de nature fragile.

Bref. A l’époque de toute façon y’avait pas grand chose à se mettre sous la dent.

Enfin je sais plus pourquoi je vous parle de ça. Ah si, peut-être qu’en ces temps reculés, en cas de réinstallation système ou de changement de téléphone, il fallait se taper les sauvegardes à la main.

Depuis, le progrès est arrivé avec deux utilitaires disponibles sous plate-forme Android :

Read on »

Ouais j’ai un super téléphone et il s’appelle le HD2. Gloire à la jambe en Mouss !

Bref. Le seul problème avec ce smartphone c’est qu’il fonctionne de base avec windows mobile et que c’est vraiment gâché, comme dirait Roux, vu les capacités hardware du bestiau.

Donc le truc c’est de virer définitivement cette aberration et de le remplacer par Android, l’OS de portable, des mecs qui ont tout compris.

Je vous passe le détail de la chose.

C’est juste pour vous dire que 6 mois après avoir viré windows mobile, je ne savais plus par quel bout commencer pour installer une nouvelle Rom. Contrairement à mon vieux HTC G1 je n’avais pas de recovery pour flasher mon smartphone. Et avec la dernière version Android disponible, mon envie de changement se faisait de plus en plus présente.

Donc si vous vous trouvez dans mon cas, soit vous flashez avec le DAF.exe de la rom (voir lien plus haut), soit vous le faites avec le recovery.

Mais étant donné qu’on est dans une configuration bâtarde, puisque le HD2 n’est pas intrinsèquement Android, il faut installer le recovery à la main.

Chose qui peut-être faite au début mais que j’ai oublié d’accomplir. De toute façon vous redémarrez le bouzin, vous appuyez sur la touche (I ve Got The) POWER, (on se trouve alors sur le MAGLDR) et sélectionnez USB FLASHER. Ensuite il faut connecter le câble à votre ordinateur, balancez le DAF.exe du recovery (au préalable il faudra avoir collé le recovery à la racine de la SD ou pas) et comme dirait un collègue, « Yahoo! ».

Voilà, vous avez un tout beau recovery, paré à vous flasher un paquet de rom plus exotiques les unes que les autres.

PS : En fait avec le HD2 il s’avère que c’est tout aussi pratique de changer de système via le DAF.exe de la rom téléchargée… Mais rien ne vous oblige à ne pas changer. Vous n’êtes marié à aucune des deux procédures.

Ouais depuis peu, je dispose d’un super téléphone (que ton nom soit sanctifié, Jambe).

Dans le landernau des Geeks (et ils sont de plus en plus nombreux, à croire qu’ils se reproduisent) on appelle ça un smartphone ; le terme a, je crois, été créé par Microsoft, ce qui est ironique, compte tenu de la faible part de marché qu’occupe son système ad-hoc.

Passons.

Sur ce fantastique HTC HD2 (que ton nom soit glorifié, Jambe) piloté par un système Android dernier cri, on peut dire que l’engin ne bronche pas.

Pourtant ce n’est pas faute de lui avoir coller un fond d’écran animé (le genre de truc qui suce bien le hardware) et des applications, en-veux-tu-en-voilà.

Rien. La machine encaisse sans broncher. Une bien belle bête (que ton nom soit divinisé, Jambe) je vous dis.

Mais voilà. Un smartphone aussi puissant (que ton nom soit célébré, Jambe) soit-il, ne peut rien contre le bug de la muerte. Read on »