Posts Tagged ‘Tolérance’

La planète tourne t-elle à l’envers? Le ciel est-il réellement tombé sur la tête des hommes? Le mot « tolérance » a t-il été rayé du dictionnaire?
C’est la question que je me pose…

Il y a encore quelques semaines, dans notre beau pays, où, rappelons-le, il y a inscrit sur le fronton de nos mairies « égalité » et « fraternité », le mariage pour tous a créé la polémique.
Les reportages à la télé étaient ahurissants… Avec Marie-Chantal, petit chignon strict et foulard noué autour du cou (et je n’ai rien contre cette mode vestimentaire) qui se scandalise : « C’est la porte ouverte à la pédophilie ». Ou encore Gérard (prénommé Gégé) qui vocifère :  » Et pourquoi pas le mariage entre un homme et un chien! ».
Ces discours m’ont franchement énervé, et si Johann n’avait pas pris le parti d’en rire, j’en aurais presque pleuré devant tant de propos insultants et rétrogrades.
Mais nous avons une grande chance dans notre beau pays, c’est que nous sommes en démocratie, et que, malgré tout, la loi est là aussi pour protéger la population contre toute forme de racisme.

Loin d’ici, en Ouganda, la présidente du Parlement veut faire adopter une loi contre les gays (et autres lesbiennes), la peine de mort… LA PEINE DE MORT!!! Rien que ça, et ce, parce que tu n’as pas les pratiques sexuelles « normales »?
Là, les bras m’en tombe…
Et autre crime de lèse-majesté, parler en public d’homosexualité, et vous prenez 7 ans de prison…

Alors, je vous demande, où va le monde?

Il y a des moments où je m’ abstiendrais bien de commenter certains sujets évoqués par mes interlocuteurs. La plupart du temps, j’esquive ou j’oppose un silence, appuyé d’une moue dubitative.

Mais voilà, j’ai le sang chaud et même si l’âge m’a apporté de la sérénité, je ne peux pas toujours réfréner mes pulsions.

C’est d’autant plus vrai quand je trouve le sujet inutile ou que le jugement est à l’emporte-pièce.

Dans le domaine du travail on retrouve souvent cette notion de paroles fausses ou inconsidérées, mais pas seulement. Soit la mauvaise foi explique une partie de cet état de fait, soit la personne qui critique, le fait dans une vision basique, résultant d’une incompétence sur le sujet.

L’ignorance accentue l’incompréhension et par conséquent la peur/ la haine des autres.

Quand l’attaque est purement gratuite et vise un groupe socio-professionnel ou une ethnie, la riposte est bien souvent de se taire. A quoi bon convertir une personne malhonnête incapable d’introspection qui trompe sa propre conscience.

Mais lorsque on se retrouve face à une incompréhension naïve, il est difficile de se taire.

Il faut expliquer que la différence n’empêche pas de vivre ensemble, que l’équilibre demeure, que la société évolue et change. Que parfois les maux qu’on incombe à des groupes ou des personnes ne sont pas de leur fait, mais plutôt dus à des tendances lourdes et anciennes.

Un adolescent peut juger ses aînés avec mépris, mais l’inverse est aussi vrai. Entre les deux, un monde de différence. Pour autant, faut-il vivre avec l’envie de changer l’autre pour exister ?

N’est-ce pas une fuite en avant inutile ? Outre le fait que cet état d’esprit peut-être énergivore, il occulte tout questionnement plus approfondi. Comme si un médecin se contentait de soigner les symptômes et pas les causes d’une maladie.

Critiquer ce que vous ne comprenez pas, doit être le déclencheur qui vous empêche d’aller plus avant dans cette démarche inutile. Au contraire cela doit vous mener à accepter l’autre, car la différence nous enrichit ; le monolithisme, dans son extrême, fait le Troisième Reich. Le temps gagné en éradiquant ce parasitage vous permettra d’emprunter les rails de la tolérance et de la métaphysique.

Amen.

La pensée monolithique au moment de se coucher