Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/index.php:18) in /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/contus-hd-flv-player/hdflvplugin.php on line 15

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/index.php:18) in /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/contus-hd-flv-player/hdflvplugin.php on line 15
The Next Vortex » pirates

Posts Tagged ‘pirates’

Ouais, même sous la douche c’est ce que je me dis. Malheureusement La nature m’a doté de ce défaut, il faut bien que je fasse avec…

En deux phrases je viens de faire étal de toute ma modestie. C’est beau.

Passons sur ce trait de caractère pour vous expliquer pourquoi C’est chiant d’avoir (toujours) raison .

A l’heure de maintenant (oui le ridicule ne tue pas), j’ai découvert ce titre lapidaire :

Streaming : Deezer et Universal trouvent finalement un accord

Mon dieu, mais alors désormais, universal (soldier) est enfin le super poto de deezer ? Que nenni mon ami. Car avec un ami comme universal tu n’a pas besoin d’ennemi.

Oui il suffit de lire cette fabuleuse prose de votre serviteur et l’article évoqué ci-dessus, pour s’en convaincre.

Je me permets de commenter quelques lignes du site ZDNet pour vous faire comprendre que le modèle Deezer a vécu :

Rappelons que la plate-forme française a déjà décidé de limiter à 5 heures par mois l’écoute gratuite des morceaux.

Où en fait Deezer, en lâchant sa première concession, a baissé son pantalon. Et comme son adversaire est un gros vicelard il va aller au bout du strip poker.

La preuve :

Universal plaidait pour la limitation de l’écoute du même morceau à cinq fois. (…) Deezer (…) devra tout de même la mettre en place (…). Par ailleurs, Deezer s’est engagé à atteindre un certain nombre d’abonnés payants. En cas d’échec, la plate-forme devra appliquer plus rapidement cette restriction.

Avec la menace d’un procès qui aurait coûté la peau des fesses à Deezer, le major est venu plutôt bien armé à la table des discussions.

Que va t’il rester de la plateforme d’écoute ? Une peau de chagrin et des internautes frustré. Ceux qui ont cru que le téléchargement illégal était de l’histoire ancienne vont devoir réviser leur jugement. Et réviser les cours du gratuit, car le Peer to Peer n’offre plus aucune garantie d’anonymat.

Universal comme d’autres avaient l’occasion, il y a dix ans, de s’adapter à un changement majeur de la société. Ils ont préféré la guerre. D’un côté le lobbying politique avec le DADVSI et son arsenal répressif destiné aux piratins et d’un autre, le laminage de fond des concurrents probables.

Adieu Deezer, tu es un mort en sursis.