Posts Tagged ‘musique’

Ah ah ! Papa Jof est crevette. Deux mois à fond et enfin les vacances qui se profilent à l’horizon ; Pas de bol, La Miss bosse pendant ce temps. Mais on va se trouver des jours ensemble pour profiter l’un de l’autre avec Axe le louné.

Plus trop le temps d’écrire et à 21h30 je crois que je vais pas tarder à me faufiler sous les draps ; La Miss est de nuit (dommage) et un rhume vient me casser un peu plus.

Mais avant cela, je vous donne un petit cadeau, c’est le top des albums 2012 pour Radio Nova. J’en télécharge déjà une majorité, on verra bien.

En attendant vous pouvez toujours écouter la zik sur leur site.

Et vu qu’il n’y aura pas de top 2013 et plus d’internet à partir de demain, je vous dis à la prochaine !

Fok ! Fok ! Fok !

Ptun, j’étais en train de consulter des archives du Vortex Nouveau (avec un goût de banane) quand je me suis rendu compte qu’une vidéo YouTube, lisible auparavant, ne l’était plus pour une connerie de droit de mes baloches.

Tiens pour la peine je la re-fout.


Chingon – Malagueña Salerosa par onadarkdeserthighway

Nan sans dèc, mais c’est quoi cette mode de revendiquer son droit à tort et à travers (de porc) ? Je me souviens d’une vidéo lisible sur le Vortex et que mon ami Belge ne pouvait voir pour cause de restriction dans son pays (et pourtant futur département français) ; le fameux débat sur l’indépendance du contenu d’un site internet…

« Malagueña Salerosa » c’est un bonus de la « série » « Kill Bill » de notre ami Jean-Paul Tarantino. A l’époque on achetait les DVD qu’on savait mater « x » fois.

Donc putain trou du cul de producteur, ayant-droit de je sais pas quoi, je trouve cette démarche absolument débile ; enfin pas sur, car pour occuper les tribunaux et réclamer un peu de tunes pour payer les délires de sa pouf, ya pas mieux.

Moi j’ai payé, salaud. Mais t’inquiète pas, on va s’arranger pour éviter de mettre le moindre pognon dans ton escarcelle d’abuseur.

Je ne vais pas résumer ma démarche sur l’accès à la culture, car je l’ai déjà fait ici ou ailleurs, mais voilà, la société évolue, l’accès à la culture aussi. Avant on gravait sur du marbre, plus tard on faisait des manuscrit, ensuite nous sommes passé à l’imprimerie (merci Johannes Gensfleisch zur Laden zum Gutenberg)…

Se faire du fric sur la culture ça me saoule. Rétribuer les auteurs, oui, ça me parait normal ; la licence globale attends toujours …

En attendant, la Radio FM est toujours aussi pourrie et il y a un moment où les intermédiaires vont exploser ; être artiste ce n’est pas forcément être connu et soutenu par une major, au contraire je dirais…

Bonne nuit.

Ouais.

Le Vortex est au ralenti, le rédac-chef, paradoxalement, non. Mais voilà, c’est le principe des vases communicants et je m’attendais à ce que cela arrive à « un moment de temps » (expression du coin).

Le travail m’est tombé dessus et le destin avec. Après de si longues années à la cool, je vais aborder une nouvelle vie professionnelle avec, je l’espère, les pépettes qui suivent ; Axelounet en plus, c’est Le Vortex qui va en pâtir.

Bon il y aura toujours de l’activité et comme dirait HPL, « n’est pas mort ce qui à jamais dort ».

Là j’attends le retour de Ma Miss du boulot en écoutant ma vaste base de donnée de zik ; là je suis sur du Ennio Morricone et ça fait remonter des souvenirs de l’époque où CoolRod, mon frangin, achetait ses BO en vynils ; ptun « The Untouchables » !

J’adore ces moments où mon esprit navigue au gré de la musique…

A la prochaine !

Hey ! Et oui, JoFission est toujours là, mais forcément moins actif avec qui vous savez. Donc l’activité du Vortex sera un peu chaotique dans les jours, semaines, années à venir … Il faudrait que je songe à me payer un « nègre » pour rédiger mes billets…

Bref, tout ça pour dire qu’il faudra s’habituer aux articles concis.

Moi président de la république, j’écouterais de la musique française…

Depuis j’ai rencontré La Miss et son bagage musical, très chanson française. Alors que tout ce que j’écoutais dans ma langue, c’était les négresses vertes et Noir Désir, La Miss ma fait découvrir tout plein d’artistes forts intéressants.

Avec moi, elle a gagné aussi un nouveau répertoire, dont elle n’aurait pas soupçonné l’existence avant. Et aussi, elle a compris l’intérêt de mettre tous ces CD sous forme numérique ; il y’en avait de la galette à extraire…

Et marié à un geek on s’aperçoit de certains avantages qui vous font économiser des soussous à la fnafnac.

Elle a appris ce qu’était le MP3, le vbr, le FLAC et l’importance de l’encodage. De pouvoir utiliser Foobar2000 pour naviguer dans un océan de nouveauté et autres pépites, avec toujours cette possibilité, lorsque on est trop grisé par ce tourbillon de mélodies inédites, de revenir à son propre répertoire.

Maintenant, c’est moi qui vais à la pêche pour elle.

Et via Deezer, qui me sert de défricheur avec ses autres concurrents, j’ai trouvé un ptit gars avec beaucoup de talent et qui, oh mon dieu, chante en français.

Porté sur le blues, Lartigo n’est pas un gamin, puisqu’il a chanté pendant 10 ans dans un groupe que je ne connais pas.

Par Radio Nova, j’ai pu mettre un nom sur « Le claqueur » et « Fraîche et Spontanée » devrait alimenter les radios cet été.

Je vous recommande vraiment l’écoute de son album qui est excellent. Vous pourrez le faire sur votre Deezer like ou directement sur la page de son label.

La Miss le trouve beau gosse. Bonne idée je me laisse pousser la barbe

Ah ah, ce petit coquin de John Carpenter que nous avons tous aimé dans notre jeunesse et même au-delà.

Ce film magistral qui n’appelle à aucun autre remake, The Thing ; on dira que c’est lui aussi, une adaptation d’un film plus ancien, mais un tour sur le wiki nous informe qu’il est directement inspiré de l’oeuvre écrite de John W. Campbell, « Le ciel est mort ». En tout cas le meilleur film Lovecraftien jamais conçu et pourtant, pas du tout issu de l’univers du Maître.

En aparté, Le deuxième meilleur long métrage de John Carpenter ça reste, à mes yeux, « Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin (Big Trouble in Little China) ». Avec The Thing, ce sont deux films cultes pour CoolRod et moi. A l’époque de la VHS et une vingtaine de visionnage chacune, les copies n’étaient plus très belles à voir…

Bref. Ce petit coquin de Johnny, donc, a aussi été un sacré radin. Pour preuve, il a composé toutes les musiques de ses films, ou presque. Même qu’il partageait le labeur avec un certain Alan Howarth, le menteur. Une ruse pour tromper le fisc, certainement, et ainsi empocher un troisième salaire.

Quoiqu’il en soit, des ptits gars, bien inspiré, ont commis des remix de quelques thèmes développés par John-John. Le nom du groupe, ZOMBIE ZOMBIE en dit long sur la motivation des deux musiciens.

Je vous présente Plays John Carpenter :

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Année 70 Powa !

1994

Dix ans après l’année qui sert de titre au récit de Georges Orwell. Bien marrant tout ça, surtout quand on voit l’appropriation que s’en est fait la culture « geek » comme Matrix par exemple.

Notre culture nous préparait à vivre ce présent.

En 1994, CoolRod et moi même, JoFission nous n’étions pas encore ces pseudos, juste, Rodolphe et Johann.
Pas d’internet, pas de mp3, pas de téléphone portable. Pourtant à cette époque nous rêvions de tout cela et encore plus en nous imaginant piloter une « ispice » de Faucon Millenium.

Read on »

Vous vous souvenez de cette publicité de Renault, ce fabriquant de voitures moches ? Non ? Bon allez voir le lien pour vous rafraîchir la mémoire.

Le truc c’est que Renault, ce fabriquant de voitures moches, voulait mettre en avant ses derniers produits en montrant que l’innovation est souvent incomprise et jugée à l’aune du temps présent.

On peut transposer cet état de fait à plein de choses. Dmon temps, faire du jeu de rôle c’était satanique et pouvait engendrer des pulsions meurtrières, maintenant on s’en fout (osef). Au début du téléphone portable, on cataloguait les gens qui appelaient en pleine rue ; comment il sla pète celui-ci – dans le registre « il sla pète » je vous conseille cette vidéo – donc pareil maintenant quand on voit un type parler dans son smartphone ou seul comme un con avec son oreillette blou toute, osef !!!!

Bref, bref je sens que je m’éloigne de mon sujet.

Read on »

Ouais, même sous la douche c’est ce que je me dis. Malheureusement La nature m’a doté de ce défaut, il faut bien que je fasse avec…

En deux phrases je viens de faire étal de toute ma modestie. C’est beau.

Passons sur ce trait de caractère pour vous expliquer pourquoi C’est chiant d’avoir (toujours) raison .

A l’heure de maintenant (oui le ridicule ne tue pas), j’ai découvert ce titre lapidaire :

Streaming : Deezer et Universal trouvent finalement un accord

Mon dieu, mais alors désormais, universal (soldier) est enfin le super poto de deezer ? Que nenni mon ami. Car avec un ami comme universal tu n’a pas besoin d’ennemi.

Oui il suffit de lire cette fabuleuse prose de votre serviteur et l’article évoqué ci-dessus, pour s’en convaincre.

Je me permets de commenter quelques lignes du site ZDNet pour vous faire comprendre que le modèle Deezer a vécu :

Rappelons que la plate-forme française a déjà décidé de limiter à 5 heures par mois l’écoute gratuite des morceaux.

Où en fait Deezer, en lâchant sa première concession, a baissé son pantalon. Et comme son adversaire est un gros vicelard il va aller au bout du strip poker.

La preuve :

Universal plaidait pour la limitation de l’écoute du même morceau à cinq fois. (…) Deezer (…) devra tout de même la mettre en place (…). Par ailleurs, Deezer s’est engagé à atteindre un certain nombre d’abonnés payants. En cas d’échec, la plate-forme devra appliquer plus rapidement cette restriction.

Avec la menace d’un procès qui aurait coûté la peau des fesses à Deezer, le major est venu plutôt bien armé à la table des discussions.

Que va t’il rester de la plateforme d’écoute ? Une peau de chagrin et des internautes frustré. Ceux qui ont cru que le téléchargement illégal était de l’histoire ancienne vont devoir réviser leur jugement. Et réviser les cours du gratuit, car le Peer to Peer n’offre plus aucune garantie d’anonymat.

Universal comme d’autres avaient l’occasion, il y a dix ans, de s’adapter à un changement majeur de la société. Ils ont préféré la guerre. D’un côté le lobbying politique avec le DADVSI et son arsenal répressif destiné aux piratins et d’un autre, le laminage de fond des concurrents probables.

Adieu Deezer, tu es un mort en sursis.

Juste pour signaler qu’une partie des billets de la catégorie musique sont fermés le temps que je trouve d’où vient l’énorme trafic de données de l’ordre d’1 go de données qui va pas tarder à me faire rentrer en facturation supplémentaire.

Je suspecte le lecteur audio du Vortex d’avoir une faille. En attendant vous ne pourrez pas écouter la zik que j’ai mis en partage sur Le Vortex.

Ptète une attaque des sbires de Pascal Nègre… Et toujours à 2h00 du mat. Le saloupio.

Quelle ne fut (de bière) pas ma surprise lorsque je découvris le titre suivant dans mon igoogle :

Le service musical Pandora entre en Bourse

Ah tiens, pandora qui fait de la radio maintenant ? Ça ne doit être que du Hard à écouter, j’imagine…

Ah mais non. En fait je confondais Pandora avec Pantera . Quel idiot.

Ptun, les mecs ils font trop peur. Maman !

le site Pandora existe depuis un moment mais je ne connaissais pas ; le net est vaste…

Mais puisque j’aime fureter, je me suis dit que ça pouvait être sympa de changer de site d’écoute. Deezer ça me gonfle un peu mais j’ai un accès premium et il n’y a pas que Radio Nova dans la vie.

Mais la stupeur s’empara de moi, car le syndrome de la LICENCE avait de nouveau frappé !

Read on »