Posts Tagged ‘crise’

Ouais !

Bon le Vortex vivote depuis quelques temps. Le fait que je n’ai pas le temps de le mettre à jour explique en partie cela ; surtout que ce sagouin de WordPress (la plate-forme sur laquelle est développé le site) ne veut pas faire la faire automatiquement, ce qui m’arrangerait, pourtant.

Malgré cela, Il va falloir que j’en trouve (du temps) pour réaliser cette opération fort délicate. Je suspecte ma version d’être un trou d’air où les données passent (Claude) allègrement.
Ce qui fait que la dernière fois, j’ai reçu une facture de mon hébergeur pour dépassement de quota.
Total : 0.18€ à régler dans les plus brefs délais.
Heureusement, j’ai un peu d’argent de côté ce qui m’a permis d’éviter un emprunt à la banque ; au vu de l’année qui nous attends, j’ai plutôt bien fait.

Et puis je ne vous cacherais pas que l’ambiance délétère qui suinte à longueur de temps dans nos médias, ne me donne plus l’envie de réagir.

Donc, mis à part un évènement d’importance, genre quelque chose d’intelligent et constructif, Le Vortex ne commentera plus rien qui soit en relation avec la sphère politiquo-économique et au moins jusqu’aux prochaines élections.

Ma lecture d’un dossier sur le Monde Diplomatique de Janvier a fini de m’achever là-dessus ; non pas que le Diplo fasse du torchon, mais leurs dossiers, en particulier, La crise de 2008 a commencé il y a quarante ans, par Wolfgang Streeck, sont particulièrement bien étayés et documentés. Où comment réaliser à quel point notre démocratie est fragilisée et que le futur ne semble pas très positif pour cette dernière.(1)

Read on »

Frilosité, Rigueur, abstinence, mortification, récession, austérité… La liste n’est pas exhaustive de ce qui nous attends en 2012 ; si les mayas ont vu juste, l’année prochaine devrait se terminer dans une débauche d’effets spéciaux.

Mais bon pas de panique, nos politiques veillent au grain. Mais ? Quoi ?

On me dit dans l’oreillette que tout ceci c’est du pipeau ! Bah oui depuis 30 ans (une petite pensée pour Margaret Thatcher et son poto, Ronnie) le système financier a tentaculé (1) le monde.

C’est même des patrons qui le disent… Sans déconner le monde part en sucette si le capitaliste parle communiste. Enfin, plus rien ne m’étonne. Il n’y a qu’à voir le nabot arborer la taxe sur les flux financiers comme un règlement à la crise. Sans rire c’était bien la peine de se foutre de la gueule des altermondialistes à l’époque où « le marché » était le « fondamental » de l’économie…

La mémoire nous joue des tours et pourtant c’est dans l’Histoire qu’il faudrait puiser pour trouver des solutions aux maux de notre époque. Enfin je sais pas, mais on le fait déjà avec l’holocauste. Une tragédie que la mémoire collective refuse d’oublier ; vous me direz que cela n’a pas empêché les atrocités dans l’ancienne Yougoslavie…

Dans une moindre mesure, les altermondialistes dénonçaient les dérives du libéralisme et les écologistes une société irrespectueuse de l’environnement et des personnes.

Dans un pays où l’on aime prôner « le bon sens », jamais ces idées politiques n’ont été approuvées aux urnes. Quand on voit le massacre actuel on peut se dire qu’on a loupé une bonne opportunité. Mais que voulez vous, on préfère un représentant cravaté qui présente bien, à un type sapé dans un pull tricoté avec du poil d’agneau.

Quoi ce billet vous fout le moral dans les chaussettes ? Allez plutôt sur ce lien pour vous redonner de la patate.

Vous verrez les choses autrement. Et pour les courageux, faites-vous offrir (c’est noël !) La Route de Cormac Mc Carthy histoire de vraiment toucher le fond ; sauf chausse-trappe tout en bas, arrivé à ce niveau, on ne peut que remonter.

En attendant, Le Vortex vous souhaite un Joyeux-Noël ! Même si je m’en tape le coquillard de Jésus dit Christ, c’est une fête pleine d’espoir, d’amour et de partage.

Pardonnez le fil décousu de ce billet, mais je l’ai fait en trois fois sur plusieurs jours ; le final étant de se taper l’écriture avec le IE antédiluvien de bo-Papa. Pas d’assistance à la correction, c’est cool !

(1) mix entre tentacule et une pratique courante dans le milieu des prètres

Caca ! Pas bien ! Berk !

Quoi D’Jojo la Frite pête un câble ?

Que nenni mes amis. C’est juste ce que je hurle dans ma voiture lorsque je me retrouve en ville derrière ça :

Read on »