Posts Tagged ‘Argo’

Les Vacances c’est bien ; même si le Louné a fait une gastro et la refilé à Moman La Miss ; les nuits sont agitées en ce moment …

Mais voilà on arrive à en profiter et avant-hier nous avons eu le droit à un après-midi printanier. Boire un verre en terrasse après une promenade, que cela peut-être agréable…

Là, le temps est maussade (ne pas confondre avec les services secrets Israéliens), j’écoute ça :

Mali kora & belafon

Très reposant, dans la tradition Malienne comme vous l’aurez compris ; ça change de THE WAR IN ZE MALI.

Les vacances c’est bien ; la dernière fois, avec La Miss, en plein après-midi et grâce à mon super pouvoir de zappeur fou, nous sommes tombés (nous étions sur le canapé, ça a amorti le choc), sur un film Québécois. Au début on souriait de ces accents typiques de la région. Et puis l’histoire nous a embarquée, avec ses personnages attachants dont on découvrait les joies et les peines.

Un été chaud, dont on devine la torpeur et l’ennui pour les adultes ; les enfants s’amusent. Au fil du temps, ces derniers découvrent les problèmes de leurs parents et la violence qui en émane.

Pour eux, la fin de l’été coïncidera avec la fin de l’enfance et de sa magie…

Excellent film découvert sur ARTE. Le titre du film, Maman est chez le coiffeur.

MAMAN EST CHEZ LE COIFFEUR

MAMAN EST CHEZ LE COIFFEUR

Et puis, un autre film, vu en 3 fois. La première, c’est moi qui me suis endormi en cours. La deuxième c’est parce-que La Miss stressait trop à cause de l’intrigue et des enjeux, la dernière c’est pour se terminer le film.

Argo, Iran fin années 70, c’est l’histoire d’un gars de la CIA qui va libérer une partie des fonctionnaires américains qui se sont échappés de leur ambassade après l’envahissement des locaux par une foule de fanatiques, dévouée à L’ayatollah Khomeyni.

Leur refuge : la résidence de l’ambassadeur du Canada (dry).

La mission : Évacuer les américains via une idée osée. Ils devront se faire passer pour une équipe de tournage canadienne qui vient en repérage en Iran pour réaliser un film de Science-fiction. Il faut faire gober ça aux autorités locales, afin que l’agent de la CIA les fasse repartir normalement sur un vol régulier, Swissair, pour ne pas faire de pub (pour mémoire, la compagnie a fait faillite en 2001).

Si ce n’était pas une histoire vraie, on aurait du mal à croire à de tels évènements tellement le gars de la CIA y va au culot ; la chance accompagne souvent les téméraires.

Par certain côté ça m’a rappelé notre arrestation à Cuba avec BigStef, Rod et Moman ; les parents étaient en poste au consulat à La Havane dans les années 90 et nous avions fait une balade avec le chauffeur cubain de Papa. Sauf que ce dernier n’avait pas d’habilitation pour promener des étrangers en voiture. Bref un petit moment de stress « Midnight Express » pour BigStef et moi, car Moman et Cool savait bien qu’avec un coup de fil lorsqu’on serait arrivé au poste, ça allait se régler. Et cela s’est réglé en effet. Depuis l’anecdote nous fait toujours sourire, Big et moi. Fin de My Life .

Un moment émouvant pour moi à la fin du film qui peut prêter à sourire :
En fait, l’agent, reçoit de la part de Jimmy Carter la plus prestigieuse décoration de la CIA. Le truc c’est que cela doit rester super secret et personne ne doit être au courant, y compris sa femme et son fils.

Et alors que l’agent doit rendre toutes les pièces du dossier, dont le storyboard, il en garde une planche pour son fils, admirateur de science-fiction. L’unique preuve de son exploit.

Et filmé en travelling, on voit une bonne dizaine de figurines Star-Wars de l’époque. Et c’est con, mais ça m’a fait penser à Rod et à moi qui avions, à l’époque, dans les âges de ce gamin. Et j’ai reconnu là, la plupart de celles que nous avions collectionné. Flashback…

Analyse rapide : Sans rêve, point d’audace.

Mais rien ne vaut Delta Force avec Chuck Norris pour restituer fidèlement la géopolitique d’alors :