Archive for the ‘Musique’ Category

Le Fou du Roi, c’était une émission que je suivais depuis peu, avant qu’elle ne disparaisse lors du départ de Stéphane Bern sur RTL, la 1ere radio de France, bla-bla…

Dans cette émission radiophonique, il y en avait un que j’aimais tout particulièrement, c’était Régis Mailhot.

Parce qu’une clause du contrat de Bern devait certainement inclure l’humoriste, on le retrouve donc à faire sa chronique sur RTL 1ere radio bla-bla, dans le même créneau horaire que l’année dernière sur France Inter, c’est à dire vers 12h08.

Et hier, mercredi, ce n’est pas qu’il était super au top, que je vous propose son podcast, mais parce qu’il formait un duo avec Laurent Gerra.

Avec la fausse interview de ChiChi, facile pour l’imitateur, Jean-Marie qui est tout bonnement supérieur à l’original et DSK qui est largement plus ressemblant que l’imitation de Canteloup, on a eu le droit à un festival pendant cinq minutes.

Je vous laisse découvrir ceci :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

1994

Dix ans après l’année qui sert de titre au récit de Georges Orwell. Bien marrant tout ça, surtout quand on voit l’appropriation que s’en est fait la culture « geek » comme Matrix par exemple.

Notre culture nous préparait à vivre ce présent.

En 1994, CoolRod et moi même, JoFission nous n’étions pas encore ces pseudos, juste, Rodolphe et Johann.
Pas d’internet, pas de mp3, pas de téléphone portable. Pourtant à cette époque nous rêvions de tout cela et encore plus en nous imaginant piloter une « ispice » de Faucon Millenium.

Read on »

Vous vous souvenez de cette publicité de Renault, ce fabriquant de voitures moches ? Non ? Bon allez voir le lien pour vous rafraîchir la mémoire.

Le truc c’est que Renault, ce fabriquant de voitures moches, voulait mettre en avant ses derniers produits en montrant que l’innovation est souvent incomprise et jugée à l’aune du temps présent.

On peut transposer cet état de fait à plein de choses. Dmon temps, faire du jeu de rôle c’était satanique et pouvait engendrer des pulsions meurtrières, maintenant on s’en fout (osef). Au début du téléphone portable, on cataloguait les gens qui appelaient en pleine rue ; comment il sla pète celui-ci – dans le registre « il sla pète » je vous conseille cette vidéo – donc pareil maintenant quand on voit un type parler dans son smartphone ou seul comme un con avec son oreillette blou toute, osef !!!!

Bref, bref je sens que je m’éloigne de mon sujet.

Read on »

Tiens j’ai envie de péter un deuxième billet pour aujourd’hui. Bah ouais jsuis comme ça moi, un impulsif (pas de mauvais jeux de mots siouplait). Et puis c’est peut-être cette superbe journée chaude et ensoleillée qui me donne de l’appétit.

A moins que ce soit le téléchargement de musique. J’adore télécharger de la musique. Oui c’est même un de mes hobby (pas de jeux de mots sur les habitants de la Comté siouplait). Se dire qu’en l’espace de deux minutes on va faire « rentrer » (spéciale dédicace à Dave G.) un album, ça me donne des frissons dans toute la colonne vertébrale. C’est même à se demander si c’est pas pathologique ça…

Mais pris d’effroi vous allez me dire : « Mais Jojo tu es pas bien ? Tu vas t’attirer les foudres des instances policières de notre pays encore sous occupation pour sept mois !!!! »

Que nenni (pas de vilains jeux de mots sur Mimie Mathy siouplait) mes amis !

Je TE-LE-CHAR-GE LE-GA-LE-MENT !

Ben oui, c’est pas mon genre de voler le dû d’un Pascal Obispo ou d’un pauvre JJG. Et puis il faut bien que Pascal Nègre puisse se payer sa coco et son champi. Déjà à cause des pauvres et du (n) internet (oui je sais c’est très très nul mais on se refait pas) il a fallu baisser le prix des CD. Alors si en plus on VOLE la musique mais alors où on va ? La Terre elle tourne plus rond ma bonne dame. Déjà ça a commencé avec les Bolcheviques et leurs satellites dans le cosmos. Mais bon je me fourvoie (désolé il n’y aura pas de jeux de mots avec « égarer »)…

Donc ami communiste, toi qui aime tant le partage sauf quand on parle de ta femme, voici le lien vers un site de bobo gauchiste où tu pourras assouvir ta passion pour le téléchargement de musique, oui la musique, en toute légalité …

Ah bah si je donne pas le lien, mon billet perd tout son sens (verino).

Il suffit de cliquer ici

Et en plus y’en a tout plein !

Ouais, même sous la douche c’est ce que je me dis. Malheureusement La nature m’a doté de ce défaut, il faut bien que je fasse avec…

En deux phrases je viens de faire étal de toute ma modestie. C’est beau.

Passons sur ce trait de caractère pour vous expliquer pourquoi C’est chiant d’avoir (toujours) raison .

A l’heure de maintenant (oui le ridicule ne tue pas), j’ai découvert ce titre lapidaire :

Streaming : Deezer et Universal trouvent finalement un accord

Mon dieu, mais alors désormais, universal (soldier) est enfin le super poto de deezer ? Que nenni mon ami. Car avec un ami comme universal tu n’a pas besoin d’ennemi.

Oui il suffit de lire cette fabuleuse prose de votre serviteur et l’article évoqué ci-dessus, pour s’en convaincre.

Je me permets de commenter quelques lignes du site ZDNet pour vous faire comprendre que le modèle Deezer a vécu :

Rappelons que la plate-forme française a déjà décidé de limiter à 5 heures par mois l’écoute gratuite des morceaux.

Où en fait Deezer, en lâchant sa première concession, a baissé son pantalon. Et comme son adversaire est un gros vicelard il va aller au bout du strip poker.

La preuve :

Universal plaidait pour la limitation de l’écoute du même morceau à cinq fois. (…) Deezer (…) devra tout de même la mettre en place (…). Par ailleurs, Deezer s’est engagé à atteindre un certain nombre d’abonnés payants. En cas d’échec, la plate-forme devra appliquer plus rapidement cette restriction.

Avec la menace d’un procès qui aurait coûté la peau des fesses à Deezer, le major est venu plutôt bien armé à la table des discussions.

Que va t’il rester de la plateforme d’écoute ? Une peau de chagrin et des internautes frustré. Ceux qui ont cru que le téléchargement illégal était de l’histoire ancienne vont devoir réviser leur jugement. Et réviser les cours du gratuit, car le Peer to Peer n’offre plus aucune garantie d’anonymat.

Universal comme d’autres avaient l’occasion, il y a dix ans, de s’adapter à un changement majeur de la société. Ils ont préféré la guerre. D’un côté le lobbying politique avec le DADVSI et son arsenal répressif destiné aux piratins et d’un autre, le laminage de fond des concurrents probables.

Adieu Deezer, tu es un mort en sursis.

Un billet est souvent construit sur une structure binaire : j’aime ou j’aime pas.

Exemple :

(…) Cet enfoiré de salaud ça lui apprendra de me coller avec son phare tout déréglé. Tu passeras pas mon gars…

Ou

(…) Oh pas mal, tu as vu comment il a balancé sur l’autre nabot !!!!

J’aime pas, j’aime…

Et pourquoi pas un billet avec du j’aime, j’aime pas, là tout de suite, maintenant. Une pure folie me direz-vous… Et pourtant, sur Le Vortex, rien n’est impossible.

Read on »

Tout à l’heure en sortant du resto avec BigStef, je me suis dit que ce serait cool d’écrire un petit billet (à me lire, les billets sont toujours petits) à propos des deux albums entendu le matin même.

Ni une, ni deux, je décidai de me coltiner l’ouvrage ; le travail attendra, me dit le diable

Et comme souvent, dans une vie de geek, le leitmotiv suivant s’imposa :
C’est toujours trop facile de pratiquer sa passion sans emmerdement (désagrément, pour mes gosses quand ils seront en âge de lire).

Cette fois, kézako donc ?

Juste des erreurs 404 dans chaque billet du Vortex.

Read on »

La dernière fois je causais à La Miss. Ça arrive plus souvent qu’on ne croit.

On parlait de la Fête de la musique et tout ça… En parallèle à Cholet Town, nous avons un festival, l’été cigale.

[Flash-back] Au début c’était un pauvre festival qui avait lieu tous les vendredis de l’été avec des sélections très inégales, voire amateuristes.
Depuis c’est mieux.
[/Flash-back]

Alors, peut-être, je parlais de l’un ou de l’autre, mais je disais qu’il y aurait vraisemblablement des groupes intéressants. Ce à quoi, La Miss, avec le talent qui l’accompagne, me rétorqua que de toute façon, aucun des artistes présent n’était connu.

Voilà la gifle.

Dans une ultime esquive je sortis Carmen Maria Vega et elle se calma un petit peu.

Et là, ce midi, au volant de la C2, rentrant me sustenter chez mes parents, je vis une affiche vantant l’été cigale avec quelques noms censés rameuter la foule. Il y en a un qui me tordit le cou, au fur et à mesure que j’empruntais le virage :

La Ruda !

Diantre ! mais je connais ce groupe !

Enfin, depuis une petite semaine et grâce aux conseils de la rubrique « musique » de Ouest-France.

Pour résumer, c’est du rock festif, écoutable le 2 septembre prochain, c’est à dire dans une éternité.

Pour un aperçu de la chose c’est par ici

Pardon, mais via Deezer ce n’est plus possible, merci Pascal Nègre.

Quelle ne fut (de bière) pas ma surprise lorsque je découvris le titre suivant dans mon igoogle :

Le service musical Pandora entre en Bourse

Ah tiens, pandora qui fait de la radio maintenant ? Ça ne doit être que du Hard à écouter, j’imagine…

Ah mais non. En fait je confondais Pandora avec Pantera . Quel idiot.

Ptun, les mecs ils font trop peur. Maman !

le site Pandora existe depuis un moment mais je ne connaissais pas ; le net est vaste…

Mais puisque j’aime fureter, je me suis dit que ça pouvait être sympa de changer de site d’écoute. Deezer ça me gonfle un peu mais j’ai un accès premium et il n’y a pas que Radio Nova dans la vie.

Mais la stupeur s’empara de moi, car le syndrome de la LICENCE avait de nouveau frappé !

Read on »

Oo, AH !

CoolRod et votre dévoué serviteur étions très friand de cette expression après avoir vu La chute du faucon noir (Black Hawk Down) – a mon avis la traduction du titre est encore passée aux oubliettes si vous voyez ce que je veux dire. Enfin, jmi comprends.

En fait, les gars, dans le film, disaient ça, quand il fallait obéir à un ordre, se dire bonjour, jouer au Marsupilami dans les chambrées ou tout simplement pour répondre à une question.

Et pour reprendre l’expression (en l’adaptant un tantinet) d’un sous-officier de l’école des Fusiliers Marins de Lorient, pour être militaire, faut pas être con. Mais ça aide.

C’est peut-être pour ça que Georges Clémenceau a prononcé cette phrase :

La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires

Juste par curiosité, promenez-vous sur ce site et vous verrez que Georges était un grand comique.

Bref, je nage en pleine digression et vous ne le savez pas encore. C’est là toute la beauté de la chose de ce fantastique Vortex. Peu importe la logique, ici je fais ce que je veux.
Read on »