Archive for the ‘Musique’ Category

Et oui, comme chaque année les vacances d’été se profilent à l’horizon ; pour certains elles se terminent, mais n’en parlons pas. Ceux là ont la chance de ne plus se poser la question : « mais qu’est-ce que je vais foutre aujourd’hui ???? »

Oui, car autant le boulot se substitue à notre cerveau toute l’année, que la période estivale nous demande d’imaginer un nouveau fonctionnement.

Si votre boite, comme la mienne, ferme 4 semaines, bonjour l’angoisse.

Elle est loin l’époque de journée continue d’OFP ou autres zeux-vidéos en compagnie de CoolRod et autres joueurs invertébrés (Umour)…

Bref, vous commencez à paniquer, surtout qu’à la rentrée, qui va se taper toutes les demandes client tombées durant vos congés ? Pas les marmottes en tout cas…

Mais pas de stress les amis. Le Vortex va vous sauver la mise ; vous occuper on est bien d’accord, pas faire votre taff, faut pas déconner non plus.

Déjà téléchargez vous un petit Alexis HK ou un petit Audio Active pour commencer.

Ensuite pour Madame je propose Une petite lecture : Dan WELLS – Je ne suis pas un Serial Killer. Un petit roman à suite (4 semaines c’est long faut donc prévoir du contenu). Selon ce que j’ai entendu c’est un mix entre la série Dexter et Six Feet Under. Jeune sociopathe, John Wayne Cleaver (on ne rigole pas, merci) vie entre sa Moman et sa Tante qui tienne une crèmerie, non pardon une morgue. Un jour les cadavres vont pleuvoir sur la ville. Un méchant loup est dans le secteur ; Y’aura t’il affrontement ? Je sais pas, je l’ai pas lu.

Pour Monsieur, je conseille une bonne glacière, des bières pour le matin, du pastis pour le midi et du rosé pour le soir. Et entre, La Trilogie du Vide de Peter F. HAMILTON. Si vous avez aimé L’étoile de Pandore vous aimerez peut-être ce nouvel opus. Cette série s’inscrit dans le même univers précédemment développé dans La Saga du Commonwealth, 1 200 ans après les événements relatés dans Judas démasqué (wikipédia). Retrouver des personnages comme Paula Myo, c’est Coooool !

Lecture

Sinon pour les chômeurs longue durée, je ne peux que conseiller le Trône de Fer dont la suite est prévue en 2014 (allez on se dépêche G.R.R.).

Tiens juste pour me la péter. J’ai changé d’appareil de téléphonie mobile : Le Nexus 4 de LG by Google ; la photo est de lui. Autant vous dire que Google m’a happé. La version Android est plutôt sympa. Maj Google, Optimisation du partage, et encore plein d’autres choses… Il n’y que le remplaçant de Talk que je trouve moyen et moins réactif que le précédent.

Pour la petite histoire, le HD2 continue sa petite vie dans la famille, car il va équiper mon Popo.

Et pour finir et parce que les billets sont plutôt rare en ce moment sur le Vortex, je vous conseille l’album Broken Brights d’Angus Stone. Plutôt cool à écouter relax en sirotant je sais pas quoi dans le hamac.

Bisous à tous !

Et bon anniversaire BigTouffe !

… on se la prend dans la gueule.

Et c’est bien ce qui va arrivé à Pascal Nègre majors et Cie. A batailler comme des forcenés durant les années 2000 pour conserver leur monopole, les maisons de disques n’ont pas compris qu’il valait mieux surfer sur une vague tout pendant que c’était possible.

A se réveiller trop tard, on a beau nager, on finira dans les abysses ou engloutit par la gueule d’un gros squale.

C’est ce que j’ai pensé en voyant les promos sur le « google play » ; 4€99 l’album en numérique.

Ce n’est pas une généralité, mais si les maisons de disques avaient compris, il y a 13 ans que c’était ça, leur bouée, elles ne seraient pas en train de constater leur déclin.

Et paf dans leur gueule, tant pis pour elles, tant mieux pour nous, jusqu’au moment où nous regretterons, peut-être, d’avoir laissé Google sans laisse.

Du bleu dans le ciel, une température au dessus de 15°, non je ne rêve pas, il fait beau. Un œil sur les prévisions, tantôt il flotte.

Ouais bon, je me disais bien aussi…

Avantage de ce temps de merde pour moi, j’aurais du commencer mes allergies il y a un mois et demi et le nez me grattouille seulement maintenant.

Mais bon c’est la crise. Chômage, stress, temps de chiottes, attentats, menaces environnementales, dettes nationales, perspectives économiques inconnues… Je ne vais pas vous faire la morale et lister les acteurs de ce merdier ; mis à part Dieu pour le temps ou Laurent Cabrol qui arrive juste derrière.

Et puis pour finir cette liste négative, c’est notre ami Google qui ferme TALK au profit de cette bouse, Hangouts.

Bon déjà que le design est à chier, c’est surtout que si vous voulez profiter des services google sur votre terminal Android, ben vous avez intérêt à avoir un engin récent avec de la mémoire interne.

Car Google bloque l’installation de ses applis vers la carte SD. Vous vous retrouvez donc vite à saturer le stockage propre au téléphone.

Moi perso j’ai fait exit de Chrome (le navigateur interne est encore pas mal), Gmail (je passe par le navigateur) et Talk maintenant remplacé par celui qu’on ne nomme pas, sous peine de m’énerver. Plus le service google play qui s’invite, j’ai du faire un choix cornélien. J’ai remplacé Gtalk par IM+ qui a l’air de fonctionner pas mal jusqu’au moment où le chat google disparaîtra, J’ai gardé Map sans Street View qui est trop obèse pour moi, Google+ qui lui, peut se mettre sur la SD (pourquoi seulement lui M.Google ?) et le Play Store ( à se demander si je ne pourrais pas le virer et passer par le navigateur).

Bon Google fait ce qu’il veut de ses produits, mais là, la stratégie est claire. Le Geek ne donnerait pas un pesetas pour un logiciel, un MP3 ou un film de ponay, mais pour une tablette dernier cri, un smartphone plus large que la main de Shaquille O’Neal, là il prêt à cracher ses tunes.

Google à trouvé le plan business qui fonctionne. Laisser une liberté à l’user contrairement à l’Iphone et autres produits caca pomme, mais on voit maintenant les limites de ce système.

Les frontières sont désormais dessinées.

Reste à relativiser aussi. Google est une boite et ils font bien ce qu’ils veulent avec leurs produits. Juste que je trouve Gmail indispensable, le stockage des photos (que je paie) pratique pour les sauvegardes en doublon, Map en GPS qui déchire (pour un produit gratuit en tout cas) et la synchro des photos que je prends avec mon fidèle HD2 qui en a encore sous la semelle ; la preuve je suis sous Jelly Bean avec une rom customisé (paranoid android –
CyanogenMod) ; pas mal pour un téléphone sorti en 2009.

Et c’est là où je veux en finir. Mon prochain appareil photo sera un truc comme ça.

Identification de l’emplacement des photos via gps, synchro vers les serveurs google… Plus tout le reste que peut faire ce genre de bijou.

Mais je ne conclurais pas ce billet sans vous dire qu’il existe un petit groupe français qui a l’air pas mal.

Voir ici.

 

Les Vacances c’est bien ; même si le Louné a fait une gastro et la refilé à Moman La Miss ; les nuits sont agitées en ce moment …

Mais voilà on arrive à en profiter et avant-hier nous avons eu le droit à un après-midi printanier. Boire un verre en terrasse après une promenade, que cela peut-être agréable…

Là, le temps est maussade (ne pas confondre avec les services secrets Israéliens), j’écoute ça :

Mali kora & belafon

Très reposant, dans la tradition Malienne comme vous l’aurez compris ; ça change de THE WAR IN ZE MALI.

Les vacances c’est bien ; la dernière fois, avec La Miss, en plein après-midi et grâce à mon super pouvoir de zappeur fou, nous sommes tombés (nous étions sur le canapé, ça a amorti le choc), sur un film Québécois. Au début on souriait de ces accents typiques de la région. Et puis l’histoire nous a embarquée, avec ses personnages attachants dont on découvrait les joies et les peines.

Un été chaud, dont on devine la torpeur et l’ennui pour les adultes ; les enfants s’amusent. Au fil du temps, ces derniers découvrent les problèmes de leurs parents et la violence qui en émane.

Pour eux, la fin de l’été coïncidera avec la fin de l’enfance et de sa magie…

Excellent film découvert sur ARTE. Le titre du film, Maman est chez le coiffeur.

MAMAN EST CHEZ LE COIFFEUR

MAMAN EST CHEZ LE COIFFEUR

Et puis, un autre film, vu en 3 fois. La première, c’est moi qui me suis endormi en cours. La deuxième c’est parce-que La Miss stressait trop à cause de l’intrigue et des enjeux, la dernière c’est pour se terminer le film.

Argo, Iran fin années 70, c’est l’histoire d’un gars de la CIA qui va libérer une partie des fonctionnaires américains qui se sont échappés de leur ambassade après l’envahissement des locaux par une foule de fanatiques, dévouée à L’ayatollah Khomeyni.

Leur refuge : la résidence de l’ambassadeur du Canada (dry).

La mission : Évacuer les américains via une idée osée. Ils devront se faire passer pour une équipe de tournage canadienne qui vient en repérage en Iran pour réaliser un film de Science-fiction. Il faut faire gober ça aux autorités locales, afin que l’agent de la CIA les fasse repartir normalement sur un vol régulier, Swissair, pour ne pas faire de pub (pour mémoire, la compagnie a fait faillite en 2001).

Si ce n’était pas une histoire vraie, on aurait du mal à croire à de tels évènements tellement le gars de la CIA y va au culot ; la chance accompagne souvent les téméraires.

Par certain côté ça m’a rappelé notre arrestation à Cuba avec BigStef, Rod et Moman ; les parents étaient en poste au consulat à La Havane dans les années 90 et nous avions fait une balade avec le chauffeur cubain de Papa. Sauf que ce dernier n’avait pas d’habilitation pour promener des étrangers en voiture. Bref un petit moment de stress « Midnight Express » pour BigStef et moi, car Moman et Cool savait bien qu’avec un coup de fil lorsqu’on serait arrivé au poste, ça allait se régler. Et cela s’est réglé en effet. Depuis l’anecdote nous fait toujours sourire, Big et moi. Fin de My Life .

Un moment émouvant pour moi à la fin du film qui peut prêter à sourire :
En fait, l’agent, reçoit de la part de Jimmy Carter la plus prestigieuse décoration de la CIA. Le truc c’est que cela doit rester super secret et personne ne doit être au courant, y compris sa femme et son fils.

Et alors que l’agent doit rendre toutes les pièces du dossier, dont le storyboard, il en garde une planche pour son fils, admirateur de science-fiction. L’unique preuve de son exploit.

Et filmé en travelling, on voit une bonne dizaine de figurines Star-Wars de l’époque. Et c’est con, mais ça m’a fait penser à Rod et à moi qui avions, à l’époque, dans les âges de ce gamin. Et j’ai reconnu là, la plupart de celles que nous avions collectionné. Flashback…

Analyse rapide : Sans rêve, point d’audace.

Mais rien ne vaut Delta Force avec Chuck Norris pour restituer fidèlement la géopolitique d’alors :

Ah ah ! Papa Jof est crevette. Deux mois à fond et enfin les vacances qui se profilent à l’horizon ; Pas de bol, La Miss bosse pendant ce temps. Mais on va se trouver des jours ensemble pour profiter l’un de l’autre avec Axe le louné.

Plus trop le temps d’écrire et à 21h30 je crois que je vais pas tarder à me faufiler sous les draps ; La Miss est de nuit (dommage) et un rhume vient me casser un peu plus.

Mais avant cela, je vous donne un petit cadeau, c’est le top des albums 2012 pour Radio Nova. J’en télécharge déjà une majorité, on verra bien.

En attendant vous pouvez toujours écouter la zik sur leur site.

Et vu qu’il n’y aura pas de top 2013 et plus d’internet à partir de demain, je vous dis à la prochaine !

Fok ! Fok ! Fok !

Ptun, j’étais en train de consulter des archives du Vortex Nouveau (avec un goût de banane) quand je me suis rendu compte qu’une vidéo YouTube, lisible auparavant, ne l’était plus pour une connerie de droit de mes baloches.

Tiens pour la peine je la re-fout.


Chingon – Malagueña Salerosa par onadarkdeserthighway

Nan sans dèc, mais c’est quoi cette mode de revendiquer son droit à tort et à travers (de porc) ? Je me souviens d’une vidéo lisible sur le Vortex et que mon ami Belge ne pouvait voir pour cause de restriction dans son pays (et pourtant futur département français) ; le fameux débat sur l’indépendance du contenu d’un site internet…

« Malagueña Salerosa » c’est un bonus de la « série » « Kill Bill » de notre ami Jean-Paul Tarantino. A l’époque on achetait les DVD qu’on savait mater « x » fois.

Donc putain trou du cul de producteur, ayant-droit de je sais pas quoi, je trouve cette démarche absolument débile ; enfin pas sur, car pour occuper les tribunaux et réclamer un peu de tunes pour payer les délires de sa pouf, ya pas mieux.

Moi j’ai payé, salaud. Mais t’inquiète pas, on va s’arranger pour éviter de mettre le moindre pognon dans ton escarcelle d’abuseur.

Je ne vais pas résumer ma démarche sur l’accès à la culture, car je l’ai déjà fait ici ou ailleurs, mais voilà, la société évolue, l’accès à la culture aussi. Avant on gravait sur du marbre, plus tard on faisait des manuscrit, ensuite nous sommes passé à l’imprimerie (merci Johannes Gensfleisch zur Laden zum Gutenberg)…

Se faire du fric sur la culture ça me saoule. Rétribuer les auteurs, oui, ça me parait normal ; la licence globale attends toujours …

En attendant, la Radio FM est toujours aussi pourrie et il y a un moment où les intermédiaires vont exploser ; être artiste ce n’est pas forcément être connu et soutenu par une major, au contraire je dirais…

Bonne nuit.

J’ai un ami musicien anglais qui joue mardi soir sur Paris à la Dame de Canton. C’est à 20h30, c’est gratuit et j’y serai :).

MICHAEL WOOKEY #3. Par Subjective from Subjective on Vimeo.

Pour se donner la patate en ce début de weekend!

Don’t hold back, just push things forward from Ithaca Audio on Vimeo.

Hey ! Et oui, JoFission est toujours là, mais forcément moins actif avec qui vous savez. Donc l’activité du Vortex sera un peu chaotique dans les jours, semaines, années à venir … Il faudrait que je songe à me payer un « nègre » pour rédiger mes billets…

Bref, tout ça pour dire qu’il faudra s’habituer aux articles concis.

Moi président de la république, j’écouterais de la musique française…

Depuis j’ai rencontré La Miss et son bagage musical, très chanson française. Alors que tout ce que j’écoutais dans ma langue, c’était les négresses vertes et Noir Désir, La Miss ma fait découvrir tout plein d’artistes forts intéressants.

Avec moi, elle a gagné aussi un nouveau répertoire, dont elle n’aurait pas soupçonné l’existence avant. Et aussi, elle a compris l’intérêt de mettre tous ces CD sous forme numérique ; il y’en avait de la galette à extraire…

Et marié à un geek on s’aperçoit de certains avantages qui vous font économiser des soussous à la fnafnac.

Elle a appris ce qu’était le MP3, le vbr, le FLAC et l’importance de l’encodage. De pouvoir utiliser Foobar2000 pour naviguer dans un océan de nouveauté et autres pépites, avec toujours cette possibilité, lorsque on est trop grisé par ce tourbillon de mélodies inédites, de revenir à son propre répertoire.

Maintenant, c’est moi qui vais à la pêche pour elle.

Et via Deezer, qui me sert de défricheur avec ses autres concurrents, j’ai trouvé un ptit gars avec beaucoup de talent et qui, oh mon dieu, chante en français.

Porté sur le blues, Lartigo n’est pas un gamin, puisqu’il a chanté pendant 10 ans dans un groupe que je ne connais pas.

Par Radio Nova, j’ai pu mettre un nom sur « Le claqueur » et « Fraîche et Spontanée » devrait alimenter les radios cet été.

Je vous recommande vraiment l’écoute de son album qui est excellent. Vous pourrez le faire sur votre Deezer like ou directement sur la page de son label.

La Miss le trouve beau gosse. Bonne idée je me laisse pousser la barbe

Ah ah, ce petit coquin de John Carpenter que nous avons tous aimé dans notre jeunesse et même au-delà.

Ce film magistral qui n’appelle à aucun autre remake, The Thing ; on dira que c’est lui aussi, une adaptation d’un film plus ancien, mais un tour sur le wiki nous informe qu’il est directement inspiré de l’oeuvre écrite de John W. Campbell, « Le ciel est mort ». En tout cas le meilleur film Lovecraftien jamais conçu et pourtant, pas du tout issu de l’univers du Maître.

En aparté, Le deuxième meilleur long métrage de John Carpenter ça reste, à mes yeux, « Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin (Big Trouble in Little China) ». Avec The Thing, ce sont deux films cultes pour CoolRod et moi. A l’époque de la VHS et une vingtaine de visionnage chacune, les copies n’étaient plus très belles à voir…

Bref. Ce petit coquin de Johnny, donc, a aussi été un sacré radin. Pour preuve, il a composé toutes les musiques de ses films, ou presque. Même qu’il partageait le labeur avec un certain Alan Howarth, le menteur. Une ruse pour tromper le fisc, certainement, et ainsi empocher un troisième salaire.

Quoiqu’il en soit, des ptits gars, bien inspiré, ont commis des remix de quelques thèmes développés par John-John. Le nom du groupe, ZOMBIE ZOMBIE en dit long sur la motivation des deux musiciens.

Je vous présente Plays John Carpenter :

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Année 70 Powa !