Archive for the ‘Livres’ Category

Quel est le rapport entre l’Académie française et Pascal Bruckner ? L’utilisation de la langue française comme outil de communication.

D’un côté on ne va pas demander à l’Académie française d’écrire en ostrogoth…

Tandis que pour Pascal Bruckner, je pense que ça arrangerait toute le monde qu’il le fasse, écrire en ostrogoth.

Ça éviterait, à ce monsieur, de se faire du pognon en vendant un livre clairement provocateur et mensonger. Et ne comptez pas sur moi pour le lire. Je sais, ce n’est pas très professionnel mais j’ai autre chose à faire que de gaspiller mon temps.

Et puisque Pascal Bruckner a un strapontin dans chaque rédaction de ce pays, comme BHL ou Luc Ferry, ces autres « philosophes », il ne m’est pas nécessaire d’acheter son récent ouvrage car il y diffuse lui même son contenu ; même en téléchargement gratuit je préférerai m’abstenir de le consulter.

Et le loustic est déjà connu, puisqu’il fait partie des prises de gauche lors de la campagne présidentielle de 2007. Sa condescendance, sa morgue, sa vanité, son arrogance (bon ok j’abuse, ça veut dire la même chose) vis à vis des adversaires de la droite, ont marqué, à l’époque, au fer rouge mon esprit.

C’est ça les traîtres. C’est plus virulent que quiconque de son nouveau camp. Il n’y a qu’à voir Eric Besson, il aboie encore plus fort que Nadine Morano et Frédéric Lefebvre réunis (bon ptète pas, mais quand même).

Mais au fait, de quoi est coupable Pascal Brukner ? Je vous laisse découvrir ceci dans l’article suivant.

Passons sur le cas Brukner précité et intéressons nous à l’autre information du jour d’aujourd’hui – Oh mais ho la la, quelle tournure ridicule que voilà ! – je veux parler de la nouvelle rubrique de l’Académie française (sans F majuscule, ce qui sinon serait une boulette d’écriture) :

Dire ne pas dire

Entendu ce matin sur France Inter, je me suis précipité sur le site de l’Académie, pensant trouver une pléthore d’erreurs. Mais que nenni, seulement quelques mots posés sur une vulgaire page web. Bon, faut pas non plus les brusquer les vieux…

Pour dynamiser l’ensemble je ne peux que vous inciter à envoyer vos tournures « maison » via leur formulaire de contact. Avec un peu de chance, ce sera peut-être en ligne d’ici à la fin de l’année (enfin je suis peut-être optimiste là).

Mais prenons un exemple. Pourquoi utiliser l’adverbe « complètement » pour dire, « oui » ? L’Homme a la fâcheuse tendance de vouloir raffiner son langage, ceci, au détriment de l’efficacité.

Et là, je suis complètement d’accord.

Affaire à suivre….

Il fait beau.

Depuis mon bureau, la vue offre un ciel bleu azur et une pelouse verte éclatante qui indique un été pourri. Les oiseaux qui gazouillent… Ah non, ça, ça vient du player de Radio nova que je suis en train d’écouter : Minnie Riperton – Lovin’You

De toute façon la campagne c’est nul. C’est même étonnant que les ploucs n’aient pas encore déversé du purin en veux-tu, en voilà ; ou bien des engrais qui sentent bon le cancer de l’œsophage ou le micro-pénis du nourrisson (au choix ou les deux en même temps)…

Et le pire c’est que je dois travailler avec des spécimens locaux (un certain HPL appellerait ça des profonds)…

Je veux revenir en ville ! Pitié !

Ou bien travailler pour Compression Space Transport, emprunter un trou de ver et filer sur Elan, une planète de phase 3, y passer quelques vacances.

Read on »

Et toi non plus tu n’as pas changé
Toujours le même parfum léger
Toujours le même petit sourire
Qui en dit long sans vraiment le dire

Read on »

J’étais bien avancé dans une réponse à notre très cher Jambe lorsque mon commentaire a été absorbé par je ne sais quel puits du Sarlacc.

Ah les mystères de l’internet avec ses bugs toujours aussi surprenants…

Sur le coup ça fait mal, mais ça aurait été pire si ça avait été un billet de cet acabit.

Passé l’émoi de la déception, je décidais finalement d’écrire un article sur La Route de Cormac McCarthy.

J’espère que cela répondra à ta question, Mouss, et à toutes celles qui trottent dans ta tête.

Read on »

Moi ce qui me botte (ine), c’est les univers post-apocalyptiques. Dans le genre il y a tout ce qui se fait actuellement avec les zombies.
Mais bon, à la longue (Marcelo) ça lasse.

Sans Morts-vivants, mais néanmoins glauque, il y a La route de Cormac McCarthy.

Je ne sais pas ce que vaut l’adaptation cinématographique, mais le roman lui, m’a laissé groggy.
Je crois que c’est le pire du pire qui pourrait arriver à notre civilisation.
Nonobstant la destruction complète de la planète par je ne sais quel évènement fâcheux, bien entendu.

J’en causerai dans un billet un de ces jours…

En attendant je suis bien tenté par une bande-dessinée dont le tome 2 vient de paraître.
La Zone d’Eric Stalner à l’air d’être bien sympa.

A suivre vous pourrez découvrir la bande annonce de cette Bédé :

Read on »

Vous vous souvenez de ce jeu, Return to Castle Wolfenstein ?
Un bon FPS à base de nazis et de zombies dans un château d’Allemagne centrale avec comme toile de fond la résurrection d’un Roi déchu. Et Himmler qui veut se servir de ce dernier pour lever une armée de morts-vivants et dominer le Monde.

Je pense que ce jeu et son prédécesseur, « Wolfenstein 3D », ont largement puisés leur inspiration dans le roman de F. Paul Wilson, La Forteresse Noire (The Keep).

De quoi vous donner un peu l’ambiance du dernier bouquin que je viens de lire.

Read on »

Je sais, le titre est indécent. Mais lorsqu’on parle de caca je suis toujours fan. Surtout lorsque c’est fait avec la manière.

Read on »

Oh ! Oh ! Oh ! Noël approche à grand pas (ou Aragorn comme vous voulez). Et vous ne savez pas quoi offrir à votre Beau-Papa (rime).

Vous songez à une bouteille de rouge ? Mais elle va prendre la poussière dans la cave sans que vous puissiez vous rincer la bouche avec.

Un cigare ? C’est has been.

Un Toutou ? C’est bon, vous êtes fâché à vie avec Belle-Moman…

Une Bédé d’Astérix au Congo Belge ? Un peu de Diplomatie, voyons. Ce n’est pas bien de prendre Beau-Papa pour un demeuré.

Heureusement Le Vortex pense pour vous.

Read on »

Ça devait être un matin, l’hiver dernier. Un samedi matin plus précisément. Nous déjeunions tout en écoutant RTL (oui ben voilà quoi).
L’animateur était en train de dépeindre un livre qui venait d’être édité en France.

« Le Vrai Monde » de Natsuo Kirino.

Les quelques phrases qui sortirent du poste de radio m’interpellèrent et je me mis en quête de cet ouvrage sur internet.

Et c’est en lisant quelques critiques que je m’aperçus qu’il y avait sans cesse une allusion au premier roman de la Dame, OUT.

Les impressions étaient excellentes et je sentais bien que dans l’idée, il valait mieux commencer par le commencement.

« Le Vrai Monde » allait donc attendre.

Read on »