Archive for the ‘Livres’ Category

Et oui, comme chaque année les vacances d’été se profilent à l’horizon ; pour certains elles se terminent, mais n’en parlons pas. Ceux là ont la chance de ne plus se poser la question : « mais qu’est-ce que je vais foutre aujourd’hui ???? »

Oui, car autant le boulot se substitue à notre cerveau toute l’année, que la période estivale nous demande d’imaginer un nouveau fonctionnement.

Si votre boite, comme la mienne, ferme 4 semaines, bonjour l’angoisse.

Elle est loin l’époque de journée continue d’OFP ou autres zeux-vidéos en compagnie de CoolRod et autres joueurs invertébrés (Umour)…

Bref, vous commencez à paniquer, surtout qu’à la rentrée, qui va se taper toutes les demandes client tombées durant vos congés ? Pas les marmottes en tout cas…

Mais pas de stress les amis. Le Vortex va vous sauver la mise ; vous occuper on est bien d’accord, pas faire votre taff, faut pas déconner non plus.

Déjà téléchargez vous un petit Alexis HK ou un petit Audio Active pour commencer.

Ensuite pour Madame je propose Une petite lecture : Dan WELLS – Je ne suis pas un Serial Killer. Un petit roman à suite (4 semaines c’est long faut donc prévoir du contenu). Selon ce que j’ai entendu c’est un mix entre la série Dexter et Six Feet Under. Jeune sociopathe, John Wayne Cleaver (on ne rigole pas, merci) vie entre sa Moman et sa Tante qui tienne une crèmerie, non pardon une morgue. Un jour les cadavres vont pleuvoir sur la ville. Un méchant loup est dans le secteur ; Y’aura t’il affrontement ? Je sais pas, je l’ai pas lu.

Pour Monsieur, je conseille une bonne glacière, des bières pour le matin, du pastis pour le midi et du rosé pour le soir. Et entre, La Trilogie du Vide de Peter F. HAMILTON. Si vous avez aimé L’étoile de Pandore vous aimerez peut-être ce nouvel opus. Cette série s’inscrit dans le même univers précédemment développé dans La Saga du Commonwealth, 1 200 ans après les événements relatés dans Judas démasqué (wikipédia). Retrouver des personnages comme Paula Myo, c’est Coooool !

Lecture

Sinon pour les chômeurs longue durée, je ne peux que conseiller le Trône de Fer dont la suite est prévue en 2014 (allez on se dépêche G.R.R.).

Tiens juste pour me la péter. J’ai changé d’appareil de téléphonie mobile : Le Nexus 4 de LG by Google ; la photo est de lui. Autant vous dire que Google m’a happé. La version Android est plutôt sympa. Maj Google, Optimisation du partage, et encore plein d’autres choses… Il n’y que le remplaçant de Talk que je trouve moyen et moins réactif que le précédent.

Pour la petite histoire, le HD2 continue sa petite vie dans la famille, car il va équiper mon Popo.

Et pour finir et parce que les billets sont plutôt rare en ce moment sur le Vortex, je vous conseille l’album Broken Brights d’Angus Stone. Plutôt cool à écouter relax en sirotant je sais pas quoi dans le hamac.

Bisous à tous !

Et bon anniversaire BigTouffe !

 Et au long des ères peut mourir même la mort

 

 

Un peu le Vortex ça, non ? Un jour il s’agite et puis plus rien pendant des semaines.

Heureusement il y a mon « nègre » qui travaille et qui s’occupe de me dire qu’il faudrait mettre à jour « wordpress » (la plate-forme du Vortex) ; chose faite M. Twan.

aparté : Savez-vous comment désactiver le pavé tactile d’un putain de laptop ASUS ?

Bon et puis de temps en temps je trouve l’envie d’avoir envie…

Tout d’abord :

 

  1. Il neige sur Cholet Town (3/4 flocons qui se battent en duel)
  2. J’ai fini le dernier opus du « Trône de Fer » paru à ce jour ; tome 15. J’ai donc rattrapé tout le retard. Je me suis tapé aussi la BD (un seul volume pour le moment), j’attends la série de HBO (La Miss aussi). Bref je suis complètement fou de cet univers.

    Et je pense qu’on en a pour un paquet de temps avant que l’histoire ne se termine.
    Et je peux pour vous dire que l’auteur ne brode pas, mais qu’à mon avis, il ne s’est pas rendu compte de l’énormité de la chose ; sans compter les fans qui lui couperaient la gorge si il s’arrêtait. Allez bosse George et meurt pas avant d’avoir fini, sinon le dieu Noyé (alias Cthulhu à mon avis, petit clin d’oeil de l’auteur) te pourrira dans les abysses…

  3. Un logiciel à installer urgemment sous Android, c’est SwiftKey, trouvable sur le market. Franchement la dernière trouvaille est diabolique !!!!!

    Ils ont inventé le surf sur clavier tactile ; CoolRod tu en manques des choses… J’avais déjà essayé le surf sur clavier physique, mais mis à part flinguer la lettre « L » ça n’a pas servit à grand chose

  4. J’ai acheté les deux premiers tome de la série des « Robots » d’Isaac Asimov ; j’avais lu le premier quand je n’avais pas de moumoute sur le torse et je me suis dit que c’était pas une mauvaise idée de revenir à la base de ce qui sera notre avenir quotidien.
  5. Je me taperais bien « « Monstrueux » de Natsuo Kirino, malgré les critiques mitigées..
  6. Faut que je me relance sur 3 BD, « Walking Dead », « Pluto » et que je lise le cadeau du beauf, [genetiks].

Bon allez ça suffit pour aujourd’hui.

A la prochaine !

PS : Ouais j’ai dit « tout d’abord ». Bon ok. Mais j’ai pas dit que ça pouvait être le commencement d’une série de billets… 😀

Et BOUM !

Troisième coup de canon pour « Game Of Thrones », avec la sortie en VF du premier tome de la série en BéDé.

Une petite vidéo pour mieux s’en rendre compte, avant une critique de La Miss et de votre Serviteur, quand ils auront lu entièrement ce premier album.

Juste une très bonne impression sur un projet amorcé depuis pas mal de temps par G.R.R Martin ; même si il gagne du pognon sur la diversification, n’empêche, la créativité est là et si Tolkien avait connu le Net, il aurait eu, lui aussi, les mêmes possibilités pour diversifier son oeuvre.

Moi je m’en fout, ces deux types me font rêver.

Ouais. On dit souvent, « les blagues les plus courtes sont les meilleures ».

Game of Thrones ce n’est pas une blague. C’est long, mais qu’est-ce que c’est bon. Une pure jouissance intellectuelle.

Là j’ai fini le tome 12 et vais aborder le tome 13. Le Trône de Fer c’est exclusif. Au début j’avais du mal à m’y faire suite à mon périple science-fiction et j’ai ponctué mon aventure dans Westeros par de petits (par la taille) bouquins. Mais force est de constater qu’après le deuxième opus, l’avancée dans les intrigues de G.R.R Martin allait devenir l’unique objet de mes pensées, jusqu’à ce que tout cela prenne fin, ou bien que j’ai rattrapé le rythme de l’auteur.

Bon alors je vais vous dire, la série TV est très bien, et elle promet d’être aussi très longue ce qui est à souhaiter, mais franchement, à côté de l’oeuvre littéraire, … Non ce n’est pas comparable. Désormais ma petite Arya à les traits de l’actrice qui l’interprète, Jaime, Cersei, Tyrion aussi… Même Ned que j’imaginais autrement ; pas en clone de Boromir en tout cas.

Les bouquins c’est juste plus intense, plus fouillé, tant au niveau des caractères que des descriptions ; quoique sur ce dernier point, G.R.R Martin est moins dense qu’un Tolkien ; de toute façon les descriptions, en général, c’est parfois des moments difficile à imaginer, tant les mots, inconnus pour certains (et le dico pas à portée de main, surtout allongé dans le lit), n’éveillent rien en sa conscience.

Breeeeef.

Et il y a aussi la pléthore de personnages annexes avec des responsabilités plus ou moins importantes, qui seront évoqués une fois ou dix fois, tout du long des livres et qu’il faut recaser avec plus ou moins de chance ; en allant à l’essentiel ce n’est pas très grave et parfois les briques se réajustent tout naturellement.

Mais voilà, la cohérence du récit et l’ampleur prise par l’oeuvre font qu’on est face à autre chose qu’un duplica pour adultes du Seigneur des Anneaux de Jean-Martial Tolkien.

Le Trône de Fer ça se mérite, mais bondieu, qu’est-ce que c’est bon.

Billet écrit sous la pression d’un bébé en manque de lait. Papa Jambe comprendra.

Une partie de la fratrie Lannister, les plus sympas.

Pfui, parti trop tôt ces deux là

Cette semaine aurait pu être propice à quelques billets, mais la flemme et le manque d’inspiration ont été le plus fort.

Pas grave. Le Vortex c’est une ispice de site en dehors de l’espace-temps.

Donc mes yeux et mes oreilles ont perçu cela :

le fameux marronnier du cartable scolaire. Ptun j’étais gamin qu’on en parlait déjà. A savoir que les gamins transportent toujours trop de poids sur leurs épaules ; c’est quoi le but ? d’en faire des bidasses ?

Depuis les années 70 et 80 (je parle pour moi), les casiers et autres valises à roulettes ont fait leur apparition. Par contre l’immobilisme de la connerie scolaire est toujours là. Trop de poids je vous dis ! Pourquoi ? Des profs à la vision étriquée ? Des administrations dépassées ? Des parents lassés par l’engourdissement de l’éducation nationale ?

Franchement ça me saoule…

[dégout]

Alain Minc. Un type invité régulièrement sur les plateaux TV et autres radios. Un type comme BHL, sans aucun remords, sans aucune honte. Putain pas un journaliste pour lui foutre son passé de prévisionniste économique dans les dents ; un mec comme ça, ça devrait se cacher six feet under

[/dégout]

Charlie Hebdo. J’ai pas trop suivi le truc. Mais dans le genre qui m’a agacé, c’est les types qui prônent la liberté d’expression et qui, pratiquement dans la même phrase, condamne le magazine satirique ; déplorable. A savoir que Charlie Hebdo taille des shorts à longueur de temps et pas exclusivement sur l’Islam.

Islamiste modéré. Tiens un terme qui m’agace aussi. Comme si les Islamistes étaient d’ordinaire des gens violents et intolérants. Ou comment une minorité cache le reste de l’Iceberg.

Homeland. Ben les gars (spéciale dédicace à La Miss qui reprenait le boulot au jour d’aujourd’hui), ça y’en a être une série qui semble déchirer sa moman comme 24H en son temps. Comme quoi il faut faire une distinction entre fiction et science (non j’déconne), mais plutôt entre fiction et réalité. Premier épisode qui m’a bien plu ; Google est votre meilleur ami concernant la description du sujet.

Juste un aparté (interview du scénariste de la série):

Dormez-vous mieux maintenant que Megaupload est fermé ?
Oui. Nettement mieux. Je me souviens qu’à la fin du tournage d’un épisode de “24” on se disait : “A quoi bon ? Dans une heure tout cela sera disponible en Chine !”

source

Ouais mon gars pas de problème, tout le monde s’est converti à l’achat (bien cher) des coffrets Bluray. N’aie crainte il n’y a rien d’autre qui pourrait te donner des sueurs froides…

Diablo

Séquence nostalgie les gars et je ne peux m’empêcher de penser à CoolRod lorsque j’entends cette musique. Le début d’une certaine forme de paicai, l’arrivée de l’internet et toute l’excitation qui entourait cela…

Windows 95 comme OS, si je ne m’abuse.

Image de prévisualisation YouTube

Ouais, vous n’êtes pas sans savoir que, depuis que j’ai découvert le premier tome du « Trône de Fer », je ne lâche plus la série ; actuellement j’en suis au tome 8 et autant vous dire que c’est passionnant.

Mais voilà, l’auteur est vraiment un enfoiré de première, car ce saloupiot n’hésite pas à vous tuer des personnages que vous avez aimé passionnément.

A tel point, qu’on aimerait parfois un peu plus de classicisme de sa part.

[attention spoiler]

Parce que Ned Stark (Lord Eddard), décapité par sa propre épée (Glace), je l’ai bien eu en travers de la gorge. Déjà que Robert Baratheon, ça m’avait navré (je l’aimais bien ce gros soulot), mais bon, soit, nous sommes dans une littérature d’hommes poilus.

Et je ne parle pas des pérégrinations d’Arya Stark qui n’en finissent pas et de sa pauvre soeur, Sansa, qui avale régulièrement son lot de couleuvres.

Mais là je dis non. Juste au moment où Arya, en compagnie de mon pote Le Limier, Sandor Clégane (je l’aime bien celui-là, j’espère qu’il ne va pas trépasser ; m’enfin vu comment il est coriace…) allait retrouver sa Moman, Catelyn et son frère Robb. Vlà ti pas que ce gros con de G.R.R (en hommage à J.R.R ????) Martin nous les fait tuer en plein mariage, par la trahison de ce vieux chnoque de Walder Frey, qu’il pourrisse en enfer ; j’espère qu’Arya lui fera bien sentir sa lame dans la gorge.

Et hop, fin de chapitre pour Arya poursuivi par Le Limier avec cette phrase choc :

 

C’est à l’arrière de la tête que l’atteignit la hache.

 

Allez on ferme le ban. Si tu veux connaitre le déroulement, avec un peu de chance il faudra attendre cinq ou six chapitres (avec en général le même type de stress pour chaque) ou bien patienter jusqu’au neuvième bouquin.

Ptun les Stark quoi !!!!!

Bref, vas-y Daenerys du Typhon, vas-y me cramer les Lannister avec tes dragons et aussi ce vieux croulant de Frey. Et associe toi à Jon et Arya et on aura une belle fin.

Snif.

Et les loups, pas les loups, non !!!!!

Voilà. Basique (instinct), un titre de billet qui est royalement pompé sur celui du roman, heu, pavé, heu, encyclopédie de G.R.R Martin, Le Trône De Fer.

Oui j’aurais pu faire original (ou pas) en singeant le Trône de Fer par l’Étron de Fer, la Barre de Fer, Le Tronc de fer, que sais-je encore…

Flashback !

Septembre 2010. JoFission alors noyé dans le Cycle de l’étoile de Pandore de Jean-Jacques Hamilton, tombe sur une bande annonce fort alléchante :

Une série produite par HBO, avec un environnement médiéval-fantastique, ça ne peut que donner envie.

Mais JoFission en vieux loup de mer qu’il est, décide de lire la fresque de G.R.R Martin avant de voir une seule autre image de la série, afin, se dit-il, de ne pas se polluer l’esprit par une vision qui ne serait pas la sienne.

Un an après, il se lance dans l’aventure, fait trois breaks avec « Cyanure » de Camilla Läckberg, « Le vrai Monde » de Natsuo Kirino et « La Forteresse Noire » de F. Paul Wilson et achève son périple, début avril. Enfin la première partie, puisque c’est dans un seul et même livre de 700 pages, que sont regroupés les tomes, « Le trône de Fer » et « Le donjon Rouge »…

Fin du Flashback

Read on »

Chose promise, chose due, le voici le petit billet sur le roman de Natsuo Kirino, Le Vrai Monde.

Après Out qui m’avait subjugué, j’abordais avec crainte Le Vrai Monde. A la base, je devais commencer l’oeuvre de Natsuo Kirino par celui-ci. Mais voilà, si il y a bien un truc dans la vie qui m’agace, c’est la prévisibilité.

D’ailleurs mis à part quelques rares cas, la plupart de mes billets ne sont pas du tout préparés à l’avance. Il demeure dans le Vortex, qui est mon âme, une forte teneur d’improvisation. Bien ou mal, je ne sais pas, mais c’est comme ça.

Donc, pour en revenir au sujet qui nous occupe, ça n’allait pas être un pseudo critique littéraire de RTL qui allait me dicter mon parcours prosaïque. La mauvaise foi me caractérise aussi, car sans ce guss, point de Out et de Le Vrai Monde. Merci mon gars tu es sympa. Passons.

Il y a tout d’abord ce choc de la narration à la première personne. Avouons-le, j’ai eu un peu de peine pour m’adapter à ce genre. De plus, plonger dans l’univers d’adolescentes japonaises, qui de surcroît, utilisent entre elles des pseudonymes, ne m’a pas facilité la tâche. Encore enivré par le style alambiqué mais néanmoins captivant du Trône de Fer, la mise en route fut laborieuse.

Enfin, disons le tout de suite. Ce ne sont pas des défauts intrinsèques au livre. C’est juste moi qui ai eu du mal avec ce changement d’environnement ; peut-être le break dans mon pavé n’est-il pas aussi facile à faire que ça.

Mais je me suis accroché, car ma Moman qui l’avait déjà lu, m’a dit qu’il était bien. Et puis que je ne pouvais pas abandonner après Out ; ça aurait été un constat d’échec.

Pris par le doute, je continuai à suivre cette aventure. La déception guettait au fond de moi et j’avais du mal à m’enthousiasmer pour cette intrigue étrange. Ah oui tiens pendant que j’y pense, les chapitres, tout comme dans Le Trône de Fer, correspondent à un des personnages du roman, avec à chaque fois, le fameux JE :

  • Toshiko Yamanaka, alias Toshi-chan, alias Ninna Hori. Le personnage principal du livre ? Peut-être, mais finalement y a t’il une volonté de hiérarchiser de la part de l’auteure ? En tout cas le livre commence et se termine par elle.
  • Kazuko Terauchi, alias Terauchi, son nom de famille. Elle ne supporte pas son prénom. La personne la plus tourmentée du livre. Selon Toshi, c’est la plus intelligente et intéressante.
  • Kiyomi Kaibara, alias Yuzan. Le « garçon manqué » du groupe. Elle a perdue sa Moman et de par le fait se sent proche du Lombric.
  • Kirari Higashiyama, alias Kirarin. Toujours selon Toshiko, la jeune fille bien élevée, bien sous tous rapports (…).
  • Ryo, alias Le Lombric. Un garçon solitaire qui va commettre un matricide et prendre la fuite.

Et bien m’en a pris puisque j’ai dévoré en deux jours la seconde partie du récit. Il faut reconnaître une hausse du rythme (rime pour ceux du sud) au fur et à mesure que la trame se dévoile.

Dans Out c’était différent avec trois parties distinctes. la première et la dernière avec une montée en puissance au fil des pages et une pause centrale avec la deuxième, le moment où chacun fourbit ses armes.

C’est difficile d’exprimer ce que j’ai lu. D’analyser. Mais après tout, pourquoi essayer de comprendre un autre monde. Un monde avec sa propre logique, sa sensibilité diamétralement opposée à celle de l’adulte ? L’adulte, un ovni, un ringard pour ces jeunes gens.

Ces adultes qui décident de l’avenir du monde dans lequel ils vivent ou plutôt, ils survivent…

C’est étonnant de se dire que nous sommes passé par cette période transitoire que nous jugeons, avec notre recul, difficile. Mais n’est-ce pas un raisonnement biaisé, d’individus qui ont tout oublié ? Ou peut-être avons nous juste franchi une frontière.
Une ligne qui se transforme en mur, interdisant tout recul et qui nous oblige à avancer bon gré, mal gré…

Le Vrai Monde c’est peut-être ce que veulent éviter cette bande de filles et Le Lombric. Ou bien c’est ce destin mortifère vers lequel ils fuient…

Ce roman noir est atypique, dans le sens où le meurtre de la mère du Lombric n’est pas au cœur de l’histoire. Certes, c’est le déclencheur d’un road movie et d’une traque, mais au final c’est surtout le récit d’une introspection. Chacun se juge, mais le verdict est partiel, car il manque toujours les clefs à celui qui estime l’autre.

Ce livre est d’une sensibilité rare. C’est tout simplement une tragédie.

Je ne regarderais plus les ados à lunettes de mouches, avec le même regard

Ouais ptung, la vache ! Il remonte le dernier billet sur Le Vortex. Le 07 Février !

Bon c’est le mois le plus court et ça m’a pris par surprise. C’est poussif comme excuse ? J’en conviens.

Mais rappelez-vous, je vous avais prévenu. Il y aurait moins de billet à venir. La crise tout d’abord, qui assèche mon esprit, avec son lot de mauvaises nouvelles. Et l’accompagnant, la clique politique qui gesticule à défaut de changer le monde. Ils ont fait entrer le loup dans la bergerie ces cons et maintenant ils s’aperçoivent que c’est lui qui est au commande. Bande de moutons…

Alors à quoi bon voter ? Et si on disait merde à la droite et au PS ? Moi je verrais bien une coalition rouge/ verte. Ce serait de l’inédit et au moins on pourrait se dire qu’après, on aura tout essayé.

Sans déc, un petit tour dans l’espace ça me ferait du bien. Malheureusement il se pourrait que je ne vive jamais cette aventure. Peut-être le loustic qui gigote dans le ventre de La Miss pourra lui… Elle ou lui sera peut-être ingénieur sur une base lunaire, à participer à la construction d’un Seconde Chance

Ce sera la phase deux de la conquête spatiale. Là où l’on s’était arrêté en 1972, l’être Humain sera de nouveau au centre de l’histoire ; et pourquoi pas à ses côtés, des robots humanoïdes qui l’assisteront dans sa tâche.

J’espère juste que ces robots ne seront pas les « nègres » de l’esclavage, de l’apartheid et du ku klux klan. Qu’ils auront un statut d’être vivant, équivalent à celui de l’Homme, avec cette distinction de meilleur ami ; comme nos animaux qui ne seront plus à la base de notre alimentation, car l’Homme aura évolué et ne mangera plus que des choucroutes galactiques à base de culture en labo ; non ce ne sera pas de la merde Jean-Pierre, juste un tournant dans notre histoire.

Mais le financier étant un être aussi difficile à éliminer qu’un troupeau de cafards, il se pourrait bien que l’avenir soit crasseux. Bon au moins ça donnera de bonnes chansons de blues et des romans noirs.

Quoiqu’il en soit l’avenir sera écologique ou spatial (ou les deux mais je ne me berce pas d’illusion). Si on ne favorise pas l’un ou l’autre, on est assuré de crever en enfer.

Et vous ? Vous faites quoi en ce moment ? Moi je suis toujours à gravir mon Trône de Fer, entre deux chapitres je me tape un bouquin. Là c’est Le Vrai Monde de Natsuo Kirino. Promis ça fera l’objet d’un billet.

Enfin ça, c’est quand je décroche de Jelly Defense sur plate-forme Android.

Juste un aparté entre vous et moi. Les prochaines consoles portables, elles sont déjà là. Je sais pas ce que ça donne avec le iphone, mais sous Android c’est bien le cas. D’ailleurs il n’y a qu’à voir le nouveau nom de l’android market pour s’en rendre compte. Parce que passé la super application qui te fait envoyer des sms en bougeant ton corps grâce au gyroscope du téléphone, ben voilà… Tu vas pas t’installer 12 widgets météo (bon moi je suis à trois, mais bon) ou 5 capteurs de wifi !!!!
Nintendo a du soucis à se faire…

Donc, Jelly Defense, c’est un jeu Tchipique sur Android, le Tower Defense. Voir Définition. On positionne des armes (des ispices de tours) statiques le long de l’itinéraire qu’emprunte l’ennemi, afin de l’empêcher de voler les cristaux de pouvoirs. Basique, mais la situation l’est beaucoup moins et vous avez droit à un bon foutage de gueule si vous perdez la manche.

Argh ! Je m’assèche à nouveau. J’espère que cela durera moins longtemps que la dernière fois. Et promis ce sera moins le bordel. Quoique je n’en sais rien en fait. Mais nous sommes dans le Vortex de l’Info, n’est-ce pas ?

Je ne peux résister à cette citation :

La culture, c’est comme la confiture: moins on en a, plus on l’étale

Et bien pour les livres c’est pareil. Comment se la mousser (rien à voir avec Monsieur Jambe) en disant lire quatre ou cinq bouquins par mois ?

Je vous invite à lire la suite.

Read on »