Archive for the ‘Flims’ Category

Les Vacances c’est bien ; même si le Louné a fait une gastro et la refilé à Moman La Miss ; les nuits sont agitées en ce moment …

Mais voilà on arrive à en profiter et avant-hier nous avons eu le droit à un après-midi printanier. Boire un verre en terrasse après une promenade, que cela peut-être agréable…

Là, le temps est maussade (ne pas confondre avec les services secrets Israéliens), j’écoute ça :

Mali kora & belafon

Très reposant, dans la tradition Malienne comme vous l’aurez compris ; ça change de THE WAR IN ZE MALI.

Les vacances c’est bien ; la dernière fois, avec La Miss, en plein après-midi et grâce à mon super pouvoir de zappeur fou, nous sommes tombés (nous étions sur le canapé, ça a amorti le choc), sur un film Québécois. Au début on souriait de ces accents typiques de la région. Et puis l’histoire nous a embarquée, avec ses personnages attachants dont on découvrait les joies et les peines.

Un été chaud, dont on devine la torpeur et l’ennui pour les adultes ; les enfants s’amusent. Au fil du temps, ces derniers découvrent les problèmes de leurs parents et la violence qui en émane.

Pour eux, la fin de l’été coïncidera avec la fin de l’enfance et de sa magie…

Excellent film découvert sur ARTE. Le titre du film, Maman est chez le coiffeur.

MAMAN EST CHEZ LE COIFFEUR

MAMAN EST CHEZ LE COIFFEUR

Et puis, un autre film, vu en 3 fois. La première, c’est moi qui me suis endormi en cours. La deuxième c’est parce-que La Miss stressait trop à cause de l’intrigue et des enjeux, la dernière c’est pour se terminer le film.

Argo, Iran fin années 70, c’est l’histoire d’un gars de la CIA qui va libérer une partie des fonctionnaires américains qui se sont échappés de leur ambassade après l’envahissement des locaux par une foule de fanatiques, dévouée à L’ayatollah Khomeyni.

Leur refuge : la résidence de l’ambassadeur du Canada (dry).

La mission : Évacuer les américains via une idée osée. Ils devront se faire passer pour une équipe de tournage canadienne qui vient en repérage en Iran pour réaliser un film de Science-fiction. Il faut faire gober ça aux autorités locales, afin que l’agent de la CIA les fasse repartir normalement sur un vol régulier, Swissair, pour ne pas faire de pub (pour mémoire, la compagnie a fait faillite en 2001).

Si ce n’était pas une histoire vraie, on aurait du mal à croire à de tels évènements tellement le gars de la CIA y va au culot ; la chance accompagne souvent les téméraires.

Par certain côté ça m’a rappelé notre arrestation à Cuba avec BigStef, Rod et Moman ; les parents étaient en poste au consulat à La Havane dans les années 90 et nous avions fait une balade avec le chauffeur cubain de Papa. Sauf que ce dernier n’avait pas d’habilitation pour promener des étrangers en voiture. Bref un petit moment de stress « Midnight Express » pour BigStef et moi, car Moman et Cool savait bien qu’avec un coup de fil lorsqu’on serait arrivé au poste, ça allait se régler. Et cela s’est réglé en effet. Depuis l’anecdote nous fait toujours sourire, Big et moi. Fin de My Life .

Un moment émouvant pour moi à la fin du film qui peut prêter à sourire :
En fait, l’agent, reçoit de la part de Jimmy Carter la plus prestigieuse décoration de la CIA. Le truc c’est que cela doit rester super secret et personne ne doit être au courant, y compris sa femme et son fils.

Et alors que l’agent doit rendre toutes les pièces du dossier, dont le storyboard, il en garde une planche pour son fils, admirateur de science-fiction. L’unique preuve de son exploit.

Et filmé en travelling, on voit une bonne dizaine de figurines Star-Wars de l’époque. Et c’est con, mais ça m’a fait penser à Rod et à moi qui avions, à l’époque, dans les âges de ce gamin. Et j’ai reconnu là, la plupart de celles que nous avions collectionné. Flashback…

Analyse rapide : Sans rêve, point d’audace.

Mais rien ne vaut Delta Force avec Chuck Norris pour restituer fidèlement la géopolitique d’alors :

Hey Salut les copaings !

Le Vortex c’est ça :

Il sort par la porte et revient par la fenêtre.

Ouais l’autre jour, profitant de mon premier novembre pour glander au lit avec La Miss, je zappais de chaîne en chaîne pour trouver un Scooby-Doo potable (Scooby-Doo, Mystères Associés). Non seulement j’ai trouvé mieux que les épisodes qu’on matait avec CoolRod du temps où nous étions des gamins et qui sont encore diffusés maintenant, pour le plus grand malheur de nos yeux, tellement l’image pique la rétine, mais là, enfin, on dispose d’un rendu digne de ce nom.

Une image appliquée, un relooking des personnages, des ombrages, de la finesse dans le trait, des décors et des animations crédibles, voilà ce que j’ai découvert sur France 4, Jeudi matin.


Scooby-Doo – Mystères Associés – S02EP01 – La… par EpisodeMan

Un bon dessin animé à donner à manger aux gniards. Excellent étrier pour s’acheminer vers la culture Fantastique et SF. Et vu que nos gamins iront sur Mars ou ailleurs vers le grand mystère, autant les habituer à voir des têtes bizarres.

Et puis parce que Scooby-Doo a toujours une fin j’ai zappé à nouveau et je suis tombé sur Iron Man: Armored Adventures. Pour ce que j’en ai vu, ça m’a bien plu. Une animation en image de synthèse et un rendu en cel-shading. C’est l’histoire du jeune Tony Stark (L’hiver vient), héritier de l’empire industriel de son popo. Tout en menant sa vie d’adolescent avec ses amis et complices il va réaliser ce que doit génétiquement faire un super-héros : Sauver le monde.

Moi ma mission d’aujourd’hui c’était de faire le ménage et sustenter un Axel enrhumé ; pas facile non plus.

Bref. Je crois que je vais télécharger ça. En prévision du futur ça peut-être pas mal, même si Axel va peut-être préférer My Little Poney.

Ah et puis tiens dans la foulée, le lendemain je crois bien, avant midi, pouf, une émission sur les robots et leur avenir dans notre société.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Cette semaine aurait pu être propice à quelques billets, mais la flemme et le manque d’inspiration ont été le plus fort.

Pas grave. Le Vortex c’est une ispice de site en dehors de l’espace-temps.

Donc mes yeux et mes oreilles ont perçu cela :

le fameux marronnier du cartable scolaire. Ptun j’étais gamin qu’on en parlait déjà. A savoir que les gamins transportent toujours trop de poids sur leurs épaules ; c’est quoi le but ? d’en faire des bidasses ?

Depuis les années 70 et 80 (je parle pour moi), les casiers et autres valises à roulettes ont fait leur apparition. Par contre l’immobilisme de la connerie scolaire est toujours là. Trop de poids je vous dis ! Pourquoi ? Des profs à la vision étriquée ? Des administrations dépassées ? Des parents lassés par l’engourdissement de l’éducation nationale ?

Franchement ça me saoule…

[dégout]

Alain Minc. Un type invité régulièrement sur les plateaux TV et autres radios. Un type comme BHL, sans aucun remords, sans aucune honte. Putain pas un journaliste pour lui foutre son passé de prévisionniste économique dans les dents ; un mec comme ça, ça devrait se cacher six feet under

[/dégout]

Charlie Hebdo. J’ai pas trop suivi le truc. Mais dans le genre qui m’a agacé, c’est les types qui prônent la liberté d’expression et qui, pratiquement dans la même phrase, condamne le magazine satirique ; déplorable. A savoir que Charlie Hebdo taille des shorts à longueur de temps et pas exclusivement sur l’Islam.

Islamiste modéré. Tiens un terme qui m’agace aussi. Comme si les Islamistes étaient d’ordinaire des gens violents et intolérants. Ou comment une minorité cache le reste de l’Iceberg.

Homeland. Ben les gars (spéciale dédicace à La Miss qui reprenait le boulot au jour d’aujourd’hui), ça y’en a être une série qui semble déchirer sa moman comme 24H en son temps. Comme quoi il faut faire une distinction entre fiction et science (non j’déconne), mais plutôt entre fiction et réalité. Premier épisode qui m’a bien plu ; Google est votre meilleur ami concernant la description du sujet.

Juste un aparté (interview du scénariste de la série):

Dormez-vous mieux maintenant que Megaupload est fermé ?
Oui. Nettement mieux. Je me souviens qu’à la fin du tournage d’un épisode de “24” on se disait : “A quoi bon ? Dans une heure tout cela sera disponible en Chine !”

source

Ouais mon gars pas de problème, tout le monde s’est converti à l’achat (bien cher) des coffrets Bluray. N’aie crainte il n’y a rien d’autre qui pourrait te donner des sueurs froides…

Diablo

Séquence nostalgie les gars et je ne peux m’empêcher de penser à CoolRod lorsque j’entends cette musique. Le début d’une certaine forme de paicai, l’arrivée de l’internet et toute l’excitation qui entourait cela…

Windows 95 comme OS, si je ne m’abuse.

Image de prévisualisation YouTube

Au Ptit dej, encore à digérer l’apéro/ barbecue de la veille, je consulte mon Flipboard et tombe sur une vidéo résumant un aspect du style de notre maître à tous, M. Stanley Kubric.

Je vous présente One Point Perspective :

Le Monsieur était un chouilla psychorigide, non ?

Dans un autre registre, un trailer, qui je l’espère, débouchera sur un, non deux, ah zut, mais trois films de qualité. Depuis le SDA de Jackson, il faut espérer que le coquin se soit encore amélioré. Si non c’est une grosse buse, parce que trois épisodes pour un bouquin qui doit faire la moitié du premier tome du SDA, ça laisse du temps pour tricoter et peut-être rattraper certaines aberrations de son adaptation de l’oeuvre de Jean-Jacques Tolkien ; je sais j’abuse, mais pour moi Gimli, c’était autre chose qu’un pantin…

Voilà quand on se fait chier, ce que l’on peut faire sous Gimp. Bon ça reste du basique, mais je me suis bien marré en m’inspirant d’une affiche de film d’épouvante des années 50.

Ça a choqué Mamy maternelle, mais bon je ne pouvais ne pas profiter des yeux de « psychopathe » d’Axel. D’ailleurs il ne le fait plus et j’ai bien fait de l’avoir pris en photo.

A noter que ce travail ne date pas de mes vacances où je suis largement plus occupé que pendant mon job…

Attention peut choquer les mamy

Ah ah ah. Mais non un bébé ça ne change pas la vie et les habitudes qui y sont liées…

Bon en ce moment je suis charrette et le temps est une denrée précieuse. Alors malheureusement, pour toi cher lecteur, c’est Le Vortex qui en pâtit.

Un truc qui a bouffé mon planning surchargé, c’est un petit cadeau que j’ai réalisé pour Axel.

Avec quelques conseils de Twan, j’ai fait, sous gimp, un petit travail de montage. Et puisque je voulais en faire un poster pour la chambre de bébé, Twan (encore lui) m’a suggéré un site de développement d’images, pas mal du tout.

Darqroom est spécialiste en ligne de la photographie haut de gamme. La première impression est la bonne, puisque en moins de trois jours, je recevais mon tirage ce matin :

Tu veux être mon copain ?

Emballage impeccable (carton en forme de toblerone géant et deux couches de papiers enroulant le poster) et qualité au top.

Le Vortex recommande ce site.

Bisous je me casse, jsuis à la bourre.

Ouais bilan comme ça, tout de suite.

Selon toute vraisemblance, Ridley Scott est un gros connard. Je lui laisse encore le bénéfice du doute, mais je ne me fais guère d’illusions. A noter que David Pujadas est toujours aussi con en déblatérant des conneries, qui font de la Science-Fiction un art mineur à réserver uniquement aux blaireaux de services, c’est à dire, je le dis au passage, les trois-quart de son auditoire.

Désolé pour La Miss qui l’aime bien, mais c’est comme ça, c’est la dure loi de la jungle.

Aujourd’hui, j’apprends par le biais d’Europe 1, une radio vachement mieux depuis l’arrivée de Bruce Toussaint, colosse de deux mètres de gras, qu’un certain Rocco, star du Porn’ aurait dépecé sa victime et mis la vidéo de son forfait en ligne ; petit ouf de soulagement, ce n’est pas le célèbre Rocco Siffredi qui est en cause, mais un certain Luka Rocco Magnotta. Une pâle copie du Maître, j’imagine.

En général, dans les cas de faits divers, il y a toujours une série qui commence. La preuve avec cet article.

Plus loin, dans le papier du Nouvel Obs’, on découvre une histoire de cannibalisme qui fait froid dans le dos :

Cette affaire intervient alors qu’un homme a été abattu samedi par la police alors qu’il dévorait nu en pleine rue à Miami le visage d’un sans-abri. Le crime pourrait être dû à un nouveau type de drogue synthétique qu’il aurait consommé, selon la police.

Je voudrais pas dire, mais les flics c’est tout sauf des imaginatifs. Par contre, tous les fans de SF auront compris que ce fait divers est le début d’une gigantesque épidémie de zombie. Révisez vos lectures et vos films les gars, va falloir s’entraîner à buter du mort-vivant d’ici peu…

En espérant que ceux là ne court pas trop vite...

Et puis comme je le martèle depuis quelques temps, quitte à ce que mes interlocuteurs me prennent pour un débile léger, l’avenir sera spatial ou nos enfants mourront dans d’atroces souffrances.

L’écologie c’est bien, mais il faudrait déjà diviser par deux la population mondiale pour envisager un avenir radieux. La solution c’est l’espace. Et preuve que le processus est lancé, c’est la réussite totale de la dernière mission de ravitaillement de la station ISS. et pourquoi donc je vous prie ? Eh bien c’était le premier vaisseau spatial commercial à entreprendre une telle expédition.

Allez les gars on se magne siouplait, j’ai envie de faire du Battlezone en réel sur La Lune moi.

On a du tous faire la même chose en 1998, contemplez La Terre depuis son appareil

Ah ah, ce petit coquin de John Carpenter que nous avons tous aimé dans notre jeunesse et même au-delà.

Ce film magistral qui n’appelle à aucun autre remake, The Thing ; on dira que c’est lui aussi, une adaptation d’un film plus ancien, mais un tour sur le wiki nous informe qu’il est directement inspiré de l’oeuvre écrite de John W. Campbell, « Le ciel est mort ». En tout cas le meilleur film Lovecraftien jamais conçu et pourtant, pas du tout issu de l’univers du Maître.

En aparté, Le deuxième meilleur long métrage de John Carpenter ça reste, à mes yeux, « Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin (Big Trouble in Little China) ». Avec The Thing, ce sont deux films cultes pour CoolRod et moi. A l’époque de la VHS et une vingtaine de visionnage chacune, les copies n’étaient plus très belles à voir…

Bref. Ce petit coquin de Johnny, donc, a aussi été un sacré radin. Pour preuve, il a composé toutes les musiques de ses films, ou presque. Même qu’il partageait le labeur avec un certain Alan Howarth, le menteur. Une ruse pour tromper le fisc, certainement, et ainsi empocher un troisième salaire.

Quoiqu’il en soit, des ptits gars, bien inspiré, ont commis des remix de quelques thèmes développés par John-John. Le nom du groupe, ZOMBIE ZOMBIE en dit long sur la motivation des deux musiciens.

Je vous présente Plays John Carpenter :

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Année 70 Powa !

Ouais je sais, c’est débile, mais j’ai du mal à me souvenir de son nom et je suis obligé de faire un copier/ coller depuis le wiki pour le mettre ici : J. Edgar Hoover.

Peut-être que le JFK de ce sale drogué d’Oliver Stone (Umour) me fout dedans, surtout qu’apparaissait, selon mes souvenirs, cette grosse tapette de JFK, oups, J Edgar Hoover.

D’ailleurs, qui était le mieux à même de mener ce rôle de composition pour le film de Robert Eastwood ?
Je vous le donne en mille, cette tapette de Leonardo (prénom de tapette) Di Caprio. Parce que je voudrais pas dire, mais même si il en a emballé pas mal de gonzesses dans sa carrière d’acteur, Léo est homo ; Je peux vous dire que ma source est fiable, puisqu’elle s’occupe de ranger des magazines people dans les rayons du bureau de presse d’Intermarché face au Parc de Moine.

Et puis il n’y a qu’à écouter sa voix doublée en français pour s’en convaincre.

Mais La Miss et votre serviteur n’avons pu goûter aux joies de la traduction, car nous avons décidé d’aller voir ce film dans sa version originale sous-titrée.

Premier point :

Des billets à 4€ l’unité via le C.E de la boite, c’est ce que j’appelle un tarif juste et disons le même, social ; après la TVA sociale, inventons le ticket de ciné social (club).

Car à 9€ le billet en plein tarif, ça fout les boules, même si c’est du numérique ; le pire étant de mater de la bouse en numérique. BigStef peut témoigner.

Ce film dont je ne me souviens plus du titre, retranscrit la vie (enfin pas tout bébé, sinon on rajoutait une heure de film) de ce monsieur qui a dirigé pendant 150 ans le Aiffe Bi ouaille ; Dans l’oreillette on me dit que c’est moins mais peu importe. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’il a le record de longévité à la direction de cette institution fédérale.

L’œil de M.Eastwood se veut objectif, sans juger le personnage. Simplement et grâce à de judicieux flasback, qui ont dérouté La Miss au début, il remet JiJi dans les différents contextes qui ont émaillé sa vie.

Je vous passe le copier/ coller du wiki sans le nommer, mais qui me ferait paraitre super intelligent et je peux vous dire que le gars il en a vu et fait des choses.

L’œil de Sauron (mince je m’égare de l’Est), est comme posé sur un piédestal et nous donne à observer les faits et gestes de J.E.H. Grâce à des inventions de dialogues entre sa secrétaire, son meilleur collaborateur (et copinou) et lui, on se rend compte de ses qualités et défauts.

Un être affabulateur (ou largement enjoliveur), déterminé, anti-communiste, colérique, manipulateur et homosexuel ; ce qui à l’époque, pour ce dernier point, pulvérisait n’importe qu’elle autre faiblesse.

Grâce à cela il avait une super copine secrétaire particulière, qui préférait la paperasse au sexe (enfin c’est ce que je m’imagine, car avec son corps de déesse on aurait pu …) et un copain bras droit, lui même homosexuel ; dans une Amérique puritaine ça aurait troué le cul à pas mal de savoir cela.

On passe rapidement sur le côté politique de la chose (sinon on avait un film de douze heures trente), on ne parle quasiment pas de sa relation à cran avec les frangins K (un peu avec Bobby, juste pour nous faire comprendre que c’est pas la joie entre eux) et on a un film qui essaie de nous mettre en avant l’humain plutôt que le cacique.

Si c’est réussi ? En tout cas on s’est pas fait chier, sauf la fin qui est un peu longuette (bon il va crever ce con ? C’est qu’on commence à avoir la dalle…).

Je n’ai rien d’autres à ajouter, mais cela faisait longtemps que j’avais été voir au cinéma autre chose que de la daube.

Ptète BigStef qui porte la poisse…..

1994

Dix ans après l’année qui sert de titre au récit de Georges Orwell. Bien marrant tout ça, surtout quand on voit l’appropriation que s’en est fait la culture « geek » comme Matrix par exemple.

Notre culture nous préparait à vivre ce présent.

En 1994, CoolRod et moi même, JoFission nous n’étions pas encore ces pseudos, juste, Rodolphe et Johann.
Pas d’internet, pas de mp3, pas de téléphone portable. Pourtant à cette époque nous rêvions de tout cela et encore plus en nous imaginant piloter une « ispice » de Faucon Millenium.

Read on »