7

fév 12

Comment se la péter en société

Je ne peux résister à cette citation :

La culture, c’est comme la confiture: moins on en a, plus on l’étale

Et bien pour les livres c’est pareil. Comment se la mousser (rien à voir avec Monsieur Jambe) en disant lire quatre ou cinq bouquins par mois ?

Je vous invite à lire la suite.

Simple, il suffit d’acheter des romans de ce type et vous ferez aussi bien que Bernard Pivot ou un retraité, ce qui est un peu la même chose :

1.5 centimètres, idéal pour caler une table

Vos amis et votre famille vous regarderons avec admiration, vantant votre intellect supérieur. A vous la plus grosse part de gâteau, le plus beau morceau de viande et la deuxième tournée de champagne qui ne contenait du liquide que pour un verre, le votre.

Par contre si vous êtes déjà le rebelle du groupe, que vous vous intéressez à des genres littéraires qui font rigoler et que votre fréquence est d’un roman tous les 3 mois, genre ça :

4 centimètres, ça te rappelle rien BigStef ?

Et bien vous êtes mal. Inutile d’argumenter sur l’œuvre de Robert E. Howard ou de H.P Lovecraft, sur la vision robotique d’un Isaac Asimov, vos propos ne recevront comme unique réponse, qu’un sourire en coin et une question :

« Heu… Et tu fais quoi comme boulot ? »

Bref.

Cyanure de Camilla Läckberg (putain je sais jamais où les mettre ces trémas) est une nouvelle agréable à lire.

Ce récit policier met en scène Martin Molin le collègue de Patrick Hedström, le héros de la série « Erica Falck et Patrik Hedström », à savoir La Princesse de Glace et autres ; que je n’ai pas lu.

Il faut attendre seulement 16 pages pour rentrer dans le vif du sujet avec la mort de Ruben, le patriarche des Liljecrona et accessoirement plein aux as.

Oh mais je manque à tous mes devoirs. Notre ami Martin a une petite amie, Lisette Liljecrona, qui l’invite à venir passer le week-end sur l’île de Valö (putain je sais jamais où les mettre ces trémas) afin de le présenter à l’ensemble de la famille.

Entre-temps, le blizzard se lève et bloque toute la maisonnée, hébergée dans le gîte de Börje (putain je sais jamais …) et Kerstin.

S’ensuit une recherche, à huis clos, du meurtrier de Ruben qui ne peut-être qu’un de ses descendant. Car le vieux n’est pas mort naturellement, mais empoisonné. Je vous suggère de découvrir par vous même la teneur du liquide letal. Il y a un indice dans ce billet…

Martin Molin, en l’absence d’aide extérieure, se retrouve dans la peau d’un Sherlock Holmes, mais sans le talent de ce dernier. D’autant plus qu’un autre évènement majeur survient et que le mystère reste entier.

En 147 pages, L’auteure nous embarque dans les méandres de la famille Liljecrona, où chacun aurait eu intérêt à tuer le vieux. Celui-ci les menaçant, peu de temps avant son décès, de les déshériter tous ; sauf peut-être un, qui semble tenir la corde.

Règlement de compte et surprises ponctuent « Cyanure » (indice chez vous) à la façon, j’imagine, de ces histoires ayant pour héros, Hercule Poirot et autres.

Pour quelqu’un d’énervé, ça se lit en un dimanche de glace, où il fait bon à rester au chaud, à siroter un whisky et en fumant une bonne pipe.

Dans mon cas et jusqu’à la fin, l’énigme est restée opaque. La révélation étant à la hauteur de ce suspens. Ma Moman avait trouvé un indice au cours de l’œuvre, mais moi, nada.

Faut dire, je suis plus « Primien » dans l’âme.

4 Comments

  1. Mouss dit :

    Voilà un biller qui tombe à pic !! Il marque d’une pierre blanche la fin d’un pavé (j’aime bien cette phrase tiens ^^).

    Un gros, genre « le champagne, tu te le mets dans le c** », on s’en tape de ta sombre histoire de Dyson, d’enveloppe galactique mystérieuse, de trous de ver, et de super enquêtrice « éducationnellement » modifiée, on préfère le Goncourt !

    Ayé mon bon ami, j’ai terminé le premier, je te l’envoie tantôt (amis belges, bonjour) par la poste !

    Du coup, je ne suis pas contre le deuxième, ça fait énigme postale sympa, même si cela m’ennuie de te ruiner à coup de timbres. C’est que ce ne sont pas des nouvelles à whisky, faut un kangoo entier pour déplacer l’bousin sur la largeur de notre hexagone.

    Tiens moi au jus. Au pire, tu me dis combien coute l’envoi, et je te colle un marque page valable dans toute l’Europe en retour dans le premier opus 😉

  2. Mouss dit :

    Horreur, du verbe « biller », faire de la bille…

    Corrector Man, au secours !!! ^^

  3. JoFission dit :

    Hello !

    Ok pas de problème, je me mets ça sur la to do list. Et concernant les fdp on en parle plus.

    Ça me fait plaisir c’est tout. Et puis c’est pas comme si tu torchais le bouquin en une semaine… 😀

  4. Mouss dit :

    Qui sait ?!! 😀

    Au pire, fais un seul envoi pour la totale du coup, si tu as la série, tu économises tout en te faisant plaisir, et de mon côté, je te renvoie exemplaire par exemplaire toutes les semaines (ouais, oh, tous les trimestres quoi ^^)…

Laisser un commentaire