Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/index.php:18) in /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/contus-hd-flv-player/hdflvplugin.php on line 15

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/index.php:18) in /homepages/37/d145189805/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/contus-hd-flv-player/hdflvplugin.php on line 15
The Next Vortex » La Route de Cormac McCarthy

18

fév 11

La Route de Cormac McCarthy

J’étais bien avancé dans une réponse à notre très cher Jambe lorsque mon commentaire a été absorbé par je ne sais quel puits du Sarlacc.

Ah les mystères de l’internet avec ses bugs toujours aussi surprenants…

Sur le coup ça fait mal, mais ça aurait été pire si ça avait été un billet de cet acabit.

Passé l’émoi de la déception, je décidais finalement d’écrire un article sur La Route de Cormac McCarthy.

J’espère que cela répondra à ta question, Mouss, et à toutes celles qui trottent dans ta tête.

Il y a un peu plus d’un an j’étais tombé sur la bande annonce du film, La Route de John Hillcoat.

Etant très attiré par les œuvres post-apocalyptiques, la vidéo suscita en moi de la curiosité.

Après quelques investigations je découvris que le film était une adaptation du roman éponyme.

Les critiques étaient élogieuses sur le livre et beaucoup moins sur le long métrage, ce qui me décida à lire le récit de McCarthy.

Depuis l’ouverture du site, j’avais en tête d’écrire ce que j’avais pensé de La route.

Mais comment aborder un tel ouvrage ?

Bref il a fallu une Bédé, un Jamb en Mouss et un commentaire avorté pour me lancer dans l’aventure.

Dans la majorité (la quasi totalité ?) des œuvres post-apocalyptiques, après la catastrophe qui éradique la civilisation, il y toujours une part d’espoir qui subsiste.

Aussi infime soit-elle, elle existe et est souvent prétexte à un nouveau départ et à l’aventure qui va en résulter.

Dans La route, il n’y a rien de tout cela.

Un monde dévasté, la Terre s’en remettra lentement, l’Homme pas du tout. Il ne reste plus que les vestiges d’une civilisation. Plus de foi, plus de loi, les survivants sont peu nombreux et perdus.

Certains se regroupent en meute où règne la loi du plus fort, d’autres ne sont plus que des « morts-vivants » cannibales.

Et il y a cet homme et l’enfant, son fils, qui l’accompagne.

Plus rien ne sera comme avant. L’homme a des souvenirs, l’enfant, non.

Ils marchent pour ne pas mourir de désespoir. Dans le cœur de l’homme il y a l’avenir de cet enfant qu’il ne peut occulter. Que pourrait-il lui offrir et lui apprendre puisque tout est néant ?

Quelle valeur lui transmettre alors que le monde est enfer ?

Marcher c’est se donner du temps. Souhaiter que le jour suivant apporte enfin une lumière dans ces ténèbres.

L’homme ne veut pas mourir car il ne doit pas mourir. Lui et son revolver sont les deux seuls remparts face à la barbarie. Qu’arriverait-il à l’enfant si il devait disparaître ?

Pourtant l’heure tourne. Le froid, la fatigue, le manque de nourriture, la violence et cette foutue toux auront tôt ou tard raison de lui.

Continuer à mentir à l’enfant, le préserver. Jusqu’à quand ? Au delà de sa corpulence d’adulte que lui apporte t-il réellement ? Quel rôle joue t-il dans cette tragédie ?

Que vaut la vie quand tout est chaos ? Quand l’espoir est interdit ? Quand les valeurs qui ont bâti notre Monde ne servent plus à rien face à l’abomination ?

Marcher jusqu’à en crever.

Et peut-être arrivera enfin cette étincelle.

La route de Cormac McCarthy

4 Comments

  1. Mouss dit :

    La vache, c’est beau :)

    Délicat de comparer au long métrage en fait, même si ça semble parfaitement dans le ton.

    Reste que dans 99.99% des cas, les romans sont au dessus de toute adaptation ciné.

  2. jofission dit :

    Et je peux pas dire si l’adaptation retranscrit bien le texte de McCarthy car je ne l’ai pas vu. Il faut que je corrige ça. :)

  3. Geddons dit :

    Jof’, si tu es fan du genre, je te conseille vivement « The Walking Dead », c’est un comics.

    Le comics est tout simplement génial tout en évitant de tomber dans les écueils habituels du genre. C’est très noir et l’espoir n’y prend que très peu de place, principalement au début de l’aventure.

    Une série a été tirée du comics et la première saison est déjà finie. Le début était vraiment prometteur mais à partir de la moitié de saison, je trouve qu’ils ont fait du grand n’importe quoi (comme beaucoup d’autres gens).

  4. jofission dit :

    Salut Ged. Merci pour le conseil, mais j’ai déjà lu les deux premiers tomes de la saison 1. En plus tu m’avais filé un lien vers le DL de la BD. Mais trop de pékèt doit effacer la mémoire 😉

    D’ailleurs j’ai un billet en stand by à propos de « walking Dead » et de l’adaptation TV.

    Et c’est vrai que cette Bédé est vraiment à découvrir. :)

Répondre à Mouss
Cancel reply